Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grenoble est le "Chicago français", estime un syndicat de police isérois

samedi 18 août 2018 à 9:57 Par Fanny Bouvard, France Bleu Isère et France Bleu

Gérard Collomb a profité de ses vacances dans le Vercors pour rendre une visite ce vendredi 17 août aux secouristes en montagne. "C'est une sorte de mépris" a réagi le syndicat Alliance Police Nationale, qui estime que la situation à Grenoble est catastrophique.

Illustration : l'hôtel de police de Grenoble.
Illustration : l'hôtel de police de Grenoble. © Maxppp - Etienne Bouy

Grenoble, France

Le syndicat de Police Alliance Nationale aurait voulu que Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, descende jusqu'à Grenoble. Ce vendredi, il a assisté à des exercices de secours en montagne, sur le plateau du Vercors près de son lieu de vacances. "C'est une sorte de mépris", pour Philippe Lepagnol, secrétaire départemental d'Alliance Police Nationale. Dans un communiqué, il compare même Grenoble à "un Chicago français". 

"Le travail est compliqué actuellement dans une ville très tendue du fait du trafic de drogue et des règlements de compte", Philippe Lepagnol

"Le nombre d'agressions à Grenoble est de 63% plus élevé que dans des villes de même taille", précise le policier, citant des chiffres de la préfecture de l'Isère. Gérard Collomb a assuré que d'ici 2022, 10.000 postes de policiers allaient être créés en France, mais pour Philippe Lepagnol, il y a urgence. "On voudrait être remis à niveau en terme d'effectifs parce que là au premier septembre, par le jeu des mutations, on va perdre une trentaine de fonctionnaires."