Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grenoble : le chirurgien suspendu réclame sa mise en examen pour pouvoir se défendre

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Le chirurgien grenoblois, suspendu pour 18 mois par le Conseil de l'Ordre, pour "comportement gravement fautif" suite à plusieurs opérations ayant mal tourné, demande à présent à être mis en examen pour riposter aux attaques, alors qu'une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet fin 2016.

Chirurgien suspendu : une enquête préliminaire est ouverte depuis fin 2016
Chirurgien suspendu : une enquête préliminaire est ouverte depuis fin 2016 © Maxppp - Illustration

Grenoble, France

Deux semaines après la révélation de l'affaire, un chirurgien grenoblois demande à être mis en examen !  C'est pour mieux se défendre, dit son avocat. Ce docteur, spécialiste du dos, est accusé par plusieurs patients d'avoir complètement raté leurs opérations. Certains l'accusent carrément de les avoir mutilés. Deux ont été amputés, d'autres sont en fauteuil roulant, d'autres encore se déplacent en déambulateur et souffrent constamment, de telle sorte qu'ils sont sous cortisone ou morphine en permanence. Sept ont déposé plainte.

Se défendre des attaques en étant mis en examen

Le chirurgien a été suspendu pour un an et demi, à partir du 1er mai prochain, par le Conseil National de l'Ordre des Médecins. Une enquête préliminaire a également été ouverte il y a trois ans par le parquet de Grenoble, mais aucun juge d'instruction n'a encore été nommé pour l'instant. Alors, aussi inhabituel que cela puisse paraître, l'avocat du médecin, Maître Bernard Boulloud, demande aujourd'hui l'ouverture d'une information judiciaire et la mise en examen de son client pour avoir accès au dossier et pouvoir se défendre. "C'est la seule façon de faire valoir nos droits et surtout de défendre la présomption d'innocence de mon client qui, depuis la révélation de l'affaire, est allègrement piétinée dans les médias par de prétendues victimes" assène l'avocat qui enchaîne : "Actuellement mon client est tenu par le secret médical et moi par le secret professionnel, mais vous verrez... Bientôt, nous ferons des révélations. "

"Mon client a le soutien de nombreux patients" - Maitre Boulloud

Selon l'avocat, son client a reçu de nombreux soutiens de patients, dont certains sont aussi médecins. "C'est ce qui le fait tenir" conclut Maitre Boulloud. "Il a dû annuler toutes ses opérations. Il a arrêté d'exercer, avant même la date du 1er mai, décidée par le Conseil de l'ordre." De son coté, la clinique des Cèdres, à Echirolles, dans laquelle travaillait le médecin n'a pas répondu à notre demande d'interview.

Les victimes dénoncent, elles, les lenteurs de la justice

Quant aux personnes qui se disent victimes du médecin, elles aussi réclament l'ouverture rapide d'une information judiciaire et la nomination d'un juge d'instruction. Frédérique, qui a dû être amputée de la cheville après avoir été opérée en 2009 par le chirurgien grenoblois, est indignée : "Quand j'apprends qu'une enquête préliminaire est ouverte depuis 2016 et que depuis trois ans, rien n'a bougé et qu'il a pu continuer à opérer, je suis anéantie. Les gens ne savaient pas entre les mains de qui ils se mettaient !"

Choix de la station

France Bleu