Faits divers – Justice

Grenoble : Patrice Ciprelli, le mari de Jeannie Longo, devant la justice

Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère et France Bleu mercredi 18 janvier 2017 à 19:41

Patrice Ciprelli et Jeannie Longo, lors des championnats du monde de 2009
Patrice Ciprelli et Jeannie Longo, lors des championnats du monde de 2009 © Maxppp -

Jeudi après-midi, Patrice Ciprelli comparaît devant le tribunal correctionnel de Grenoble pour avoir importé illégalement de l'EPO. Le mari et l’entraîneur de Jeannie Longo, la grande championne cycliste, a pris comme avocat, Maître Dupond-Moretti, un ténor du barreau, pour le défendre.

C'est un article de L'Équipe qui avait mis le feu aux poudres en 2011. Le quotidien sportif affirmait que Patrice Ciprelli avait acheté à un fournisseur chinois de l'EPO. Patrice Ciprelli n'est pas n'importe qui. Il est l’entraîneur et l'époux depuis 30 ans de Jeannie Longo, la grande championne cycliste. Un homme de l'ombre qui fuit la lumière de la célébrité et qui, depuis plus de 5 ans, se retrouve donc sur le devant de la scène.

Quand il était en garde à vue, Jeannie Longo a apporté à son mari des sandwiches bio pour lui remonter le moral

Car après les révélations de L’Équipe, le parquet de Grenoble décide de diligenter une enquête et le 8 février 2012, coup de théâtre. Patrice Ciprelli, qui se trouve à l'Alpe d'Huez, est interpellé et placé en garde à vue durant 48 heures. Sa maison de Saint-Martin-le-Vinoux est perquisitionnée. Finalement, il sera mis en examen et placé sous contrôle judiciaire strict avec interdiction d'exercer son métier d’entraîneur et de quitter la France.

Cataclysme

Pour les Ciprelli, c'est un véritable cataclysme, car cela veut dire que Jeannie n'a plus d’entraîneur, elle qui est habituée depuis toujours à cette complicité et surtout à avoir près d'elle, à chaque course, Patrice. Dans l'épreuve, le couple fera face et restera uni, Jeannie portant à son mari en garde à vue des sandwiches bio pour lui remonter le moral.

Au fil de l'enquête, les versions de Patrice Ciprelli vont évoluer. Il nie d'abord les faits, puis reconnait avoir acheté de l'EPO pour son usage personnel, afin de soigner des chutes à vélo ou pour suivre le rythme de Jeannie durant les entraînements. Enfin, il dénonce un piratage de son ordinateur et de sa carte bleue, et un complot qui vise, à travers lui, son épouse.

À lire aussi : Le parquet de Grenoble réclame le renvoi en correctionnelle du mari et entraîneur de Jeannie Longo

33 boîtes d'EPO achetées à un fournisseur chinois et livrées chez un ami

Les deux juges d'instruction qui ont été chargés de l'enquête vont, eux, multiplier les actes de procédure. Le dossier fait 5 tomes. Et l'accusation va démontrer qu'entre 2008 et 2011, Patrice Ciprelli a acheté 33 boîtes d'EPO pour une montant de 3110 dollars, soit 2920 euros, les autres achats étant prescrits. Il passait commande à un fournisseur chinois, via internet, payait avec sa carte bleue ou celle de son épouse et se faisait livrer chez sa mère ou chez un ami, Michel Lucatelli, patron de l’équipe de France de skicross. Les deux hommes se connaissent depuis de longues années, depuis l'époque où Patrice Ciprelli était entraîneur de ski et Lucatelli, skieur. Interrogé sur la nature des paquets qu'il recevait, Michel Lucatelli a déclaré qu'il pensait que c'était des produits bio.

Dans leur ordonnance de renvoi, les deux juges d'instruction ont précisé que "les soupçons de dopage des personnes qu’entraînait Patrice Ciprelli, au premier rang desquelles son épouse, Jeannie Longo, n'ont pas été confirmés par l'enquête et l'expertise du dossier médical de celle-ci".

"Jeannie Longo a été entendue comme témoin mais n'a rien à voir dans ce dossier"

— Un magistrat grenoblois

Patrice Ciprelli s'est battu comme un beau diable pour échapper à un procès, demandant l'annulation de la procédure mais il a été renvoyé devant le tribunal correctionnel. Récemment, il a changé d'avocat et a fait appel à Maître Dupond-Moretti, un ténor du barreau, pour le défendre.

Patrice Ciprelli a choisi Maître Dupond-Moretti pour le défendre

En face de lui, il y aura la Fédération Française de Cyclisme qui s'est constituée partie civile, estimant que l'image du cyclisme avait été écornée par cette affaire. Patrice Ciprelli risque trois ans de prison et une amende.