Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grenoble : un Groupe local de traitement de la délinquance créé pour faire reculer le trafic de drogue

-
Par , France Bleu Isère, France Bleu

Ils ont déclaré à la guerre aux dealers du quartier de l'Alma à Grenoble (Isère). La justice, police, ville, préfecture et les acteurs sociaux se sont alliés dans un Groupe local de traitement de la délinquance pour "déranger" le trafic de drogue, très prospère dans le centre ville de Grenoble.

Quartier de l'Alma, à Grenoble. Ils disent non aux dealers
Quartier de l'Alma, à Grenoble. Ils disent non aux dealers © Maxppp -

Grenoble, France

Depuis des années, les habitants du quartier de l'Alma à Grenoble (Isère) vivent sous la férule des dealers qui les obligent, par exemple, à cacher de la drogue chez eux, ou à ne sortir de leur appartement que quand ils y sont autorisés, pour ne pas gêner le trafic.

Bien sûr, la police fait son travail dans ce quartier "sensible" et a réalisé déjà de belles prises et plusieurs arrestations, mais cela ne suffit pas. C'est pourquoi, la ville, le parquet, la police, la préfecture et les acteurs sociaux ont créé, comme la loi les y autorise, un Groupe local de traitement de la délinquance (GLTD). Son objectif : désorganiser le trafic de drogue qui génère en moyenne 35.000 euros de bénéfices par jour. 

Ville, préfecture, police et procureur, lors de la conférence de presse, annonçant la création du GLTD - Radio France
Ville, préfecture, police et procureur, lors de la conférence de presse, annonçant la création du GLTD © Radio France - Véronique Pueyo

Il faut dire qu'à l'Alma, on trouve de tout : cocaïne, résine de cannabis, herbe, mais aussi des armes, à deux pas du centre-ville et de plusieurs établissements scolaires. Cela n'est pas acceptable, pour le procureur de la République, Eric Vaillant : "Il faut que les trafiquants comprennent qu'on ne va pas les lâcher. Ce quartier n'est pas le leur. On va multiplier les opérations pour déranger leur trafic, pour les déstabiliser."

"Ce quartier n'est pas le leur" - Eric Vaillant, procureur de la République de Grenoble

Eric Vaillant va également verbaliser les acheteurs, ce que la loi autorise depuis peu : "Avant, c'était long et compliqué de poursuivre un consommateur de drogue. À présent, c'est très facile avec la verbalisation électronique. Car, les acheteurs entretiennent le trafic, évidemment."

Elisa Martin, la première adjointe au maire écologiste de Grenoble, en charge de la tranquillité publique, est satisfaite d'avoir enfin pu mettre sur pied ce GLTD : " Nous sommes conscients du problème qu'il y a dans ce quartier gangrené par la drogue. Nous espérons obtenir des résultats en luttant ensemble contre ce fléau et en faisant aussi de la prévention."

Les consommateurs seront aussi poursuivis

Pourtant, l'élue et le maire, Eric Piolle, militent pour la légalisation du cannabis. Alors n'est-ce pas contradictoire ? "Non, pas du tout. Nous ne sommes pas des baba-cool. On est responsables et quand on demande de légaliser le cannabis, c'est justement parce que c'est la prohibition qui génère ce type de situation et ces violences." Une prochaine réunion du GLTD est prévue le mois prochain.