Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Assises de l'Isère : un jeune homme jugé pour l'assassinat de son ex-petite amie

lundi 11 juin 2018 à 5:04 Par Julien Morin, France Bleu Isère

En octobre 2015, l'étudiant âgé de 19 ans étranglait puis poignardait Julie, son ex-petite amie, à Saint-Jean-de-Moirans. Il comparaît pour assassinat à partir de lundi devant la cour d'assises de l'Isère. Au terme de trois jours d'audience, il risque la réclusion criminelle à perpétuité.

La cour d'assises de l'Isère à Grenoble
La cour d'assises de l'Isère à Grenoble © Radio France - Véronique Pueyo

Grenoble, France

Le 2 octobre 2015, aux alentours de 8h du matin, l'étudiant de 19 ans entre sans autorisation dans le domicile familial de Julie à Saint-Jean-de-Moirans. Armé de couteaux, il monte à l'étage dans la chambre de son ex-petite amie. Une dispute éclate, il l'étrangle, puis lui donne plusieurs coups de couteau. La mère de la lycéenne âgée de 17 ans, alertée par le bruit, prévient les secours. Julie est prise en charge, héliportée à l'hôpital de Grenoble, et déclarée morte peut de temps après à 10h10. Son ex, lui, est interpellé un peu plus tôt dans le village, sans montrer de résistance.

Les deux jeunes étaient séparés depuis le début de l'année. Ils sortaient d'une relation longue de plus de deux ans, interrompue peu après un avortement de la jeune fille. Depuis, Julie avait souhaité couper les ponts, lui ne supportait pas la situation. Par tous les moyens, il tentait de reprendre contact, quitte à la menacer de révéler des détails intimes sur leur relation.

Le 7 octobre, quelques jours après les faits, 1300 personnes ont participé à une marche blanche en l'honneur de Julie à Saint-Jean-de-Moirans.

Pourquoi ce passage à l'acte ? Pourquoi ce déferlement de violence ?

Les faits sont établis, l'enjeu de ces trois jours d'audience sera d'établir les raisons et les circonstances du passage à l'acte de l'accusé. La défense compte s'appuyer sur les rapports des experts établissant une altération du discernement du jeune homme au moment des faits. "La loi en tire une conséquence, c'est à dire une responsabilité atténuée au moment du passage à l'acte et de ce qu'il avait à l'esprit" indique maître Denis Dreyfus, avocat de la défense.

ÉCOUTEZ | Maître Denis Dreyfus, avocat de la défense

Les parties civiles, elles, insistent sur la préméditation, que l'accusé rejette. "Elles sont en attente de réponses à leurs questions, précise maître Arnaud Lévy-Soussan. Pourquoi les choses se sont passées ? Pourquoi les choses ont été préméditées ? Ce qui lui est reproché, c'est bien un homicide volontaire avec préméditation. Et puis surtout que l'on puisse nous dire quel était son degré de discernement".

ÉCOUTEZ | Maître Arnaud Lévy-Soussan, avocat des parties civiles

L'accusé risque la réclusion criminelle à perpétuité. Un verdict est attendu mercredi.