Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grenoble : un jeune ouvrier de 22 ans perd un œil, alors qu'il fêtait la victoire des Bleus

jeudi 19 juillet 2018 à 19:42 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère

Maxime, un jeune isèrois de 22 ans, a perdu un œil, dimanche soir, lors de la fête pour les Bleus, sacrés champions du monde, à Grenoble. Il a pris un projectile en plein visage, alors que, près de lui, policiers et casseurs s'affrontaient. Son avocat témoigne.

Maitre Hervé Gerbi est l'avocat de Maxime qui a perdu son oeil lors de la fête pour les Bleus, dimanche, à Grenoble
Maitre Hervé Gerbi est l'avocat de Maxime qui a perdu son oeil lors de la fête pour les Bleus, dimanche, à Grenoble © Radio France -

Grenoble

Dimanche 15 juillet, Maxime était venu du Trièves, où il habite, pour faire la fête avec des amis à Grenoble et célébrer le sacre de l'équipe de France de football, championne du monde.  On le sait, très vite après la victoire des Bleus, la fête va dégénérer sur le cours Jean Jaurès et le Cours de la Libération. 

Les casseurs entrent en scène sur les grands boulevards à Grenoble

Des casseurs se sont mêlés à la foule bon enfant et familiale pour en découdre avec les forces de l'ordre. Les deux camps se font face au milieu des rames du tramway.

Les casseurs brûlent des poubelles, renversent des voitures, brisent des vitrines et envoient des projectiles sur la police qui réplique à coups de gaz lacrymogènes et de tirs de flashball.

Une douleur atroce

Dans le public, Maxime, assiste, impuissant à ses affrontements. Il veut quitter les lieux mais il y a trop de monde et soudain, une douleur atroce le frappe en plein visage.  "A ce moment-là, il ne comprend pas ce qui lui arrive" explique son avocat, Maitre Hervé Gerbi. "Il comprend qu'il a reçu quelque chose dans l’œil et que çà saigne."

"Maxime a dû se rendre à pied, chez les pompiers qui ne pouvaient pas accéder sur les lieux du drame" - Hervé Gerbi, avocat de Maxime

Ses amis appellent les pompiers qui ne peuvent accéder sur les lieux. Ils lui demandent de se rendre, par ses propres moyens, à la caserne de l'avenue Félix-Viallet. "Maxime a dû marcher, avec un t-shirt sur son œil, jusqu'à la caserne et après on l'a emmené au CHU. Il a déjà subi une opération, il doit en subir une autre prochainement. Mais, les médecins sont formels, Maxime a perdu la vue avec cet oeil-là. Il a perdu un œil, à 22 ans, parce qu'il était venu simplement fêter les Bleus!" lance, amer, son avocat.

Maxime va se battre pour connaitre la vérité

Maître Gerbi a rendu visite à son client, sur son lit d’hôpital. "Maxime est en colère. Il va devoir se reconstruire, envisager sa vie autrement, lui qui venait de trouver un travail en CDI. Il va surtout se battre. Car il sait, que dans ce genre d’affaire, c'est très long et difficile. Mais il veut connaitre la vérité."

"Pourquoi, à Grenoble, la rue appartient-elle aux voyous ?" - Hervé Gerbi, avocat de Maxime

Maxime a déposé plainte, le procureur a ouvert une enquête préliminaire. A la question, Maxime aurait-il été atteint par un balle perdue de flashball, tirée par la police, Maitre Gerbi ne veut pas se prononcer. "L’enquête est en cours." Mais il souligne : "En onze ans, à Grenoble, trois personnes ont perdu un œil. On est en mesure de demander des comptes aux autorités. Pourquoi ne peut on pas faire la fête sans drame à Grenoble ? Pourquoi la rue appartient-elle aux voyous ?"

"En onze ans à Grenoble, trois personnes ont perdu un œil lors de manifestations"

En 2007, Maud Caretta, une étudiante en médecine, qui traverse la place Grenette, se retrouve au milieu d'affrontements entre police et manifestants. Un tir de flashball, elle perd un œil. Le procès de quatre policiers est prévu en octobre prochain à Lyon.

En 2013, c'est Quentin, un jeune pompier, qui, lors d'une manifestation devant la préfecture, perd un œil. Et enfin, 2018, nouvelle victime, Maxime, un jeune ouvrier de 22 ans, qui se trouvait là au mauvais endroit, au mauvais moment...