Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

"Grenouilles de Grignols" : le procès repoussé en novembre

lundi 15 avril 2019 à 17:51 Par Simon Soubieux, France Bleu Périgord

Le conflit juridique opposant deux couples de voisins à Grignols, à propos du bruit des grenouilles dans une mare, ne se terminera finalement pas cet été. Le procès a été repoussé au 5 novembre prochain. Il était d'abord prévu en janvier, avant d'être repoussé une première fois en juin.

Annie et Michel se battent pour leur mare depuis près de huit ans.
Annie et Michel se battent pour leur mare depuis près de huit ans. © Radio France - Simon Soubieux

Grignols, France

L'affaire des "grenouilles de Grignols"a va se poursuivre encore un peu plus longtemps. Prévu le 25 juin, le procès opposant la Sepanso (Société pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest) et les voisins du couple est finalement repoussé au 5 novembre prochain. Un rebondissement de plus dans cette histoire qui dure depuis maintenant près de huit années. 

"Nous sommes fatigués. Nous en sommes à la huitième année de combat. C'est vraiment épuisant." Annie Pécheras 

C'est en 2011 que débute ce conflit de voisinage. Les voisins d'Annie et Michel Pecheras se plaignent du bruit des grenouilles provenant de la mare située dans leur jardin. En décembre 2017, la cour de cassation valide une décision de la Cour d'appel de Bordeaux, obligeant le couple à reboucher la mare. Mais paradoxalement, le code de l'environnement leur interdit de toucher à ce point d'eau qui abrite huit espèces protégées. 

"Autrement dit : quoi qu'on fasse, nous sommes potentiellement condamnables. Si nous ne rebouchons pas la mare, nous allons à l'encontre de la décision de la cour de cassation. Si on le fait, on ne respecte pas le code de l'environnement et on s'expose alors à une peine pouvant aller jusqu’à deux ans de prison et 150 000 euros d’amende. C'est épuisant... Nous sommes fatigués.", estime Annie. 

Des croix mortuaires éparpillées autour de leur maison

Annie et Michel n'ont pas abandonné le combat pour préserver cette mare naturelle située à cet endroit depuis plus de cent ans. Début 2018, la Sepanso s'est posée en tierce opposition et a décidé de saisir à nouveau la cour d'appel de Bordeaux, pour éviter que la mare ne soit bouchée. Ce procès devait initialement avoir lieu en janvier dernier, avant d'être repoussé au 25 juin pour cause de grève des magistrats. Avant ce nouveau report : il aura finalement lieu le 5 novembre prochain. 

Les voisins d'Annie et Michel ont planté des croix mortuaires en direction de leur maison.  - Aucun(e)
Les voisins d'Annie et Michel ont planté des croix mortuaires en direction de leur maison. - Annie Pecheras
Les voisins d'Annie et Michel ont planté des croix mortuaires en direction de leur maison.  - Aucun(e)
Les voisins d'Annie et Michel ont planté des croix mortuaires en direction de leur maison. - Annie Pecheras

En attendant, les voisins d'Annie et Michel (absents lors de notre passage) auraient planté des croix mortuaires dans leur propre jardin, mais en direction de la maison des Pecheras. Ces croix ont été arrachées depuis. Si ces voisins font ce qu'ils souhaitent dans leur propre jardin, Annie et Michel voient cela comme une "provocation de plus". Ils ont d'ailleurs déposé une main courante auprès de la gendarmerie.