Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grève au Printemps de Metz : "on nous propose de partir avec une misère"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les salariés du Printemps de Metz étaient en grève ce mardi, un mouvement national pour protester contre le plan social qui touche 7 magasins en France, et contre les indemnités de licenciements proposées, beaucoup trop faibles selon les salariés en colère.

Les salariés grévistes du Printemps à Metz devant le magasin fermé
Les salariés grévistes du Printemps à Metz devant le magasin fermé © Radio France - Cécile Soulé

C'est une première depuis l'histoire du Printemps de Metz : le grand magasin de la rue Serpenoise est resté porte close toute la journée à cause d'une grève des employés, sous le coup d'un plan social. Le Printemps de Metz comme 6 autres en France vont fermer d'ici cet été. Ce mardi à Metz, la totalité des 36 salariés ont cessé le travail et tenu un piquet de grève devant les portes du magasin.

Ils protestent vigoureusement contre les négociations du plan social. Concernant les indemnités de licenciement, "on nous propose une misère, on nous traite comme des moins que rien" dénonce avec colère ce salarié depuis 34 ans au Printemps de Metz,Stéphane David, responsable technique du magasin. 

La direction n'a que du mépris pour nous, ils nous proposent de partir seulement avec le mininum légal, soit 8.000 euros de prime pour 40 ans de carrière

On est loin de l'ambiance shopping. Les grévistes ont écrit "virés" sur leur masque, ils sont postés devant les portes du magasin fermées, avec musique, palettes en bois et banderoles. Alexandre Kurzepa, est conseiller de vente et secrétaire du CSE du printemps de Metz : "La direction n'a que du mépris pour nous. Ils nous proposent de partir seulement avec le mininum légal, il n'y a aucune reconnaissance à l'ancienneté. Ceux qui ont 30 ou 40 ans de maison vont partir avec 8.000 euros de prime, c'est tout". 

Les salariés grévistes du Printemps à Metz
Les salariés grévistes du Printemps à Metz © Radio France - Cécile Soulé

Les salariés du Printemps sont prêts à faire à nouveau grève pour espérer partir dans de meilleurs conditions financières. 78 personnes travaillent aussi au Printemps de Metz, payées par les marques qui louent des emplacements de vente, elles aussi sont menacées de licenciement, ou bien seront reclassées ailleurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess