Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grève des avocats du barreau de Nice : la colère du président de tribunal, obligé de renvoyer une affaire de viol

mardi 10 avril 2018 à 6:19 Par Sébastien Germain et Marion Chantreau, France Bleu Azur

Un mouvement de grève des avocats contre le projet de réforme de la justice perturbe les audiences au palais de justice de Nice depuis jeudi dernier, ce qui a provoqué une scène assez surréaliste.

La grève des avocats provoque la colère du président du tribunal de Nice
La grève des avocats provoque la colère du président du tribunal de Nice © Radio France - Inconnu

Nice, France

Ambiance électrique ce lundi après-midi devant la cour d'assises des Alpes Maritimes, à l'ouverture d'un procès en appel pour viol. Plus d'une centaine d'avocats très déterminés ont réclamé le renvoi du procès, en soutien à la grève. Le président n'a pas apprécié cette incursion massive dans la salle.

Très en colère, il les a qualifié de "cheminots en robe noire" qui sont "la honte de la profession et trahissent leur devoir d'avocats, ne respectent pas les victimes qui ont fait le déplacement".

L'audience a été suspendue pendant 3 heures et le procès a finalement été renvoyé. Le président de la cour d'appel d'Aix En Provence a fait savoir qu'en demandant le renvoi d'un procès en appel, les avocats avaient franchi "une ligne rouge". L'ordre des avocats de Nice, qui a voté un mouvement de grève illimité, se réunira jeudi pour décider de la suite du mouvement