Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grève "perlée" des avocats de Metz : "nous défendons le justiciable"

mardi 10 avril 2018 à 12:11 Par Sarah Mansoura, France Bleu Lorraine Nord

Les avocats de Metz donnent de la voix depuis ce mardi ; ils lancent une grève "perlée" les 10, 11, 16, 17, 26 et 27 avril pour protester contre la réforme judiciaire préparée par le gouvernement. Marc Charret, bâtonnier de Metz, était l'invité de France Bleu Lorraine ce mardi pour en parler.

Les avocats messins vont à nouveau se mobiliser, comme ici le 11 janvier 2018 devant le tribunal de grande instance de Sarreguemines (Moselle)
Les avocats messins vont à nouveau se mobiliser, comme ici le 11 janvier 2018 devant le tribunal de grande instance de Sarreguemines (Moselle) © Maxppp - Thierry NICOLAS

Moselle, France

Une mobilisation de "cheminots en robe noire". Marc Charret, bâtonnier de Metz, invité de France Bleu Lorraine ce mardi, ne renie pas l'expression. "Comme certaines catégories professionnelles liées à des missions de service public, la justice est concernée au premier chef par certaines réformes critiquables, qui concernent tous les citoyens et la démocratie en règle générale"

Un combat "pour l'accessibilité à la justice"

En tête des inquiétudes depuis plusieurs mois, la réforme de la carte judiciaire. Le 9 mars dernier, la ministre de la justice Nicole Belloubet a écrit aux élus de Moselle pour leur signifier qu'aucun tribunal du département n'allait fermer. Mais pour Marc Charret, la possibilité de spécialisation au sein des tribunaux "conduirait de fait à une fermeture de certains sites judiciaires". 

Ce n'est pas seulement notre pré-carré que nous défendons. Nous défendons le justiciable dans son ensemble.

Les avocats, aux côtés des magistrats et des greffiers, entendent aussi se mobiliser pour que les justiciables puissent accéder facilement à la justice. "Ce n'est pas seulement notre pré carré que nous défendons. Nous défendons le justiciable dans son ensemble. Qu'il habite Audin-le-Tiche ou Bitche, il a le droit d'accéder à un juge", souligne Marc Charret.  

Une réforme "sans concertation"

"Il n'y a de concertation que dans la bouche de la ministre" de la Justice, selon Marc Charret. "Depuis des mois, on nous soumet 85 pages de projet, et on nous dit : 'nous avons décidé cela, qu'en pensez-vous ?'. Il n'y a pas de concertation, c'est une plaisanterie que nous ne pouvons pas accepter".

On veut essayer de passer en force. Nous ne l'acceptons pas.

"Nous avons un texte compliqué, qui part dans tous les sens, modifié au gré du bon vouloir de la Garde des Sceaux. Ce n'est pas cela, la concertation. On veut essayer de passer en force, comme on l'a déjà fait sur les ordonnances sociales, comme on tente de le faire dans le cadre de la réforme de la SNCF. La justice, c'est le premier des services publics. Par ces réformes totalement démagogiques, on tente de porter atteinte à la justice, et cela, nous ne l'acceptons pas". 

Marc Charret, invité de France Bleu Lorraine