Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Grève SNCF : drôle de coup de sang des cheminots à Rouen

mercredi 18 avril 2018 à 17:31 Par Antoine Quevilly, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

En pleine séquence de grève à la SNCF, la 4ème en avril, les cheminots de l'agglomération rouennaise ont mis à profit leur arrêt de travail ce mercredi 18 avril pour soigner leur image en se rendant collectivement devant l'établissement français du sang du quartier Saint Sever afin de faire un don.

Sabrina Aubouin, informaticienne à la SNCF à Rouen, donnait son sang pour la première fois
Sabrina Aubouin, informaticienne à la SNCF à Rouen, donnait son sang pour la première fois © Radio France - Antoine Quevilly

Un stand de crêpes, une distribution de tracts et la sono qui hurle, le rassemblement des cheminots grévistes de l'agglomération de Rouen a pris une tournure plus originale ce mercredi 18 avril : les salariés toujours opposés à la réforme ferroviaire se sont retrouvés devant les locaux de l'établissement français du sang dans le quartier Saint Sever sur la rive gauche afin que ceux qui le souhaitent puissent faire un don.      

On est aussi des familles

Pour Sabrina Aubouin, qui est agent de maintenance en informatique à la SNCF, ce don du sang était une première, mais aussi un moyen de donner un visage plus positif des cheminots : " les gens nous voient plutôt comme les méchants qui bloquent tout, alors que ce n'est pas le but. Derrière, il y a des familles. Si on se bat, ce n'est pas seulement pour nos statuts." De son côté, Wilfried Flory, du Technicentre de Saint Etienne du Rouvray, estime qu'il ne fait pas un don pour s'excuser d'arrêter le travail : " on sait très bien que le fait que nous soyons en grève, ça gêne les personnes. Mais, en même temps, si on n'expose pas nos revendications, on ne se fera pas entendre". 

Trois fois plus de dons en une matinée

Donner son sang, un moyen de s’attirer la sympathie de l’opinion publique ? Sabrina Aubouin l’assume complètement, mais tout en rappelant que c’est déjà dans la tradition des cheminots : " A la SNCF, il y a des collectes de sang déjà organisées toute l'année, et les salariés y vont, une demi-journée est prévue ". Le Docteur Philippe Carban ne va pas s'en plaindre. Le médecin de prélèvements de l'E.F.S. Saint Sever veut avant tout fidéliser les donneurs : " En cours d'année comme ça, ce qui compte , c'est la régularité de tous les jours. Sachant qu'un homme peut donner son sang 6 fois par an, soit tous les deux mois. Ça ne prend que trois quarts d'heure ou une heure..." Une matinée classique à l'antenne de Saint Sever, c'est une dizaine de dons. Après le passage des cheminots, le chiffre a triplé.