Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grippe aviaire en Dordogne : selon un représentant des éleveurs de volailles, "il ne faut pas tomber dans la psychose"

-
Par , France Bleu Périgord, France Bleu

Un cas de grippe aviaire H5N1 a été détecté dans une basse-cour de Dordogne, à Biras. Une première en France depuis 2007. A un mois de Noël, les professionnels de la volaille tiennent à rassurer les consommateurs.

Canard de basse-cour. (Illustration)
Canard de basse-cour. (Illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Un foyer de grippe aviaire H5N1 a été détecté dans une basse-cour de Dordogne vendredi 20 novembre. La préfecture a communiqué ce mercredi 25 novembre sur cette découverte. Le virus a été mis à jour chez un habitant de Biras, entre Périgueux et Brantôme. Vingt-deux de ses trente poules sont mortes, les autres ont été euthanasiées.

A la suite de ces révélations, le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll a tenu à rassurer, "cette détection n'a aucune conséquences en termes de consommation de volailles." Des analyses poussées ont été ordonnées. Une zone de protection de 3 km a été établie autour de la basse-cour incriminée. Les volailles situées dans ce périmètre doivent être confinées. Leur déplacement est interdit. Ce dispositif sera valable pendant 21 jours au moins.

Stéphane Le Foll : "pas de risque à consommer de la volaille ou du foie gras"

De son côté, Jean-Pierre Dupuis, le président de Périgord aviculture (coopérative qui regroupe 120 éleveurs dont une centaine de Dordogne) prévient : "ce ne sont pas nos élevages qui sont touchés et les barrières sanitaires mises en place sont suffisantes. Il ne faudrait pas que le consommateur soit effrayé car sa santé n'est pas mise en cause si la viande est cuite."

Jean-Pierre Dupuis : "ne pas tomber dans la psychose"


>>> A lire aussi** : ce qu'il faut savoir sur la grippe aviaire

Choix de la station

À venir dansDanssecondess