Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grippe aviaire : près de 2.800 canards abattus au Château Bellevue à Baigts-de-Béarn

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Ce lundi 4 janvier, ce sont près de 2.800 canards qui ont été abattus au Château Bellevue à Baigts-de-Béarn après la détection d'individus contaminés par la grippe aviaire au sein de l'élevage. Un coup dur pour la structure qui emploie 90 personnes en situation de handicap mental ou psychique.

L'élevage entier a été euthanasié (Illustration)
L'élevage entier a été euthanasié (Illustration) © Radio France - Daniel Corsand

C'est un triste début d'année pour le centre médico-social du Château Bellevue situé à Baigts-de-Béarn. Ce lundi 4 janvier, environ 2.800 canards de l'élevage de la structure ont été abattus de manière préventive par les services vétérinaires après la découverte d'animaux contaminés au virus de l'Influenza Aviaire. Stéphane Pontlevoy, le directeur du centre, craignait l'arrivée de cette maladie depuis plusieurs semaines, et c'est ce samedi 2 janvier que les équipes ont repéré les premiers symptômes chez quelques-uns des animaux. Très rapidement, le laboratoire en charge des analyses a confirmé l'infection des canards, avant que les opérations d'euthanasie des bêtes soient lancées lundi. 

C'est un coup dur pour le directeur de l'ESAT : "Au moment où l'on veut souhaiter les vœux, le 2 janvier on était sur site avec mon adjoint, pour relayer le constat qui était fâcheux et dont on savait malheureusement l'issue, en guise de démarrage d'année, on aurait souhaiter de meilleurs vœux". 

Stéphane Pontlevoy, le directeur de Château Bellevue, parle d'un début d'année difficile

Un événement douloureux pour les équipes

L'annonce de cet abattage massif a aussi été un moment dramatique pour les équipes du lieu, qui est composée de travailleurs en situation de handicap mental ou psychique. Le directeur a souhaité les préserver le plus possible face à cette situation. "Ce sont des personnes avec des fragilités diverses, avec des troubles psychiques ou des déficiences intellectuelles. On a eu besoin de beaucoup expliquer, de les rassurer, de les écouter, de les accompagner. C'était très important pour nous de les tenir à l'écart de cette phase de dépeuplement lundi matin", rapporte-t-il. La dizaine d'employés affectés à l'élevage de canards a d'ors-et-déjà été temporairement déployée sur d'autres tâches le temps que la situation rentre dans l'ordre.

Un vide sanitaire en attendant un retour à la normale

L'élevage avait déjà connu des abattages préventifs quelques années auparavant, sans pour autant être directement touché. L'heure est maintenant à la désinfection des locaux "On sait qu'on a un mois et demi de vide sanitaire drastique, où il n'y a aucune circulation sur le site, aucune entrée, aucune sortie, et que des process de désinfection", précise Stéphane Pontlevoy.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess