Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Grosse bagarre entre détenus à la prison de Saint-Martin-de-Ré

-
Par , France Bleu La Rochelle

18 détenus se sont affrontés à coups de poing et de cailloux, jeudi matin à la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré. Il a fallu l'intervention des surveillants spécialisés de l'Eris de Bordeaux pour mettre fin à la bagarre. Il n'y aurait que des blessés légers. Aucun surveillant n'a été touché.

L'Eris de Bordeaux a été appelée à Saint-Martin-de-Ré, pour mettre fin à une bagarre entre une vingtaine de détenus.
L'Eris de Bordeaux a été appelée à Saint-Martin-de-Ré, pour mettre fin à une bagarre entre une vingtaine de détenus. © Maxppp - Thierry Gachon

Une grosse bagarre entre détenus s'est déroulée jeudi matin à la prison de Saint-Martin-de-Ré. 18 détenus impliqués, et uniquement des blessures légères selon l'administration pénitentiaire. Pour mettre fin à cette flambée de violences, il a fallu faire venir depuis Bordeaux des surveillants spécialisés dans les interventions de crise. Aucun surveillant n'a été blessé. Huit détenus ont été placés à l'isolement ou en quartier disciplinaire. 

Tout serait parti de fouilles dans les cellules particulièrement fructueuses. Fouiller les cellules, c'est la routine pour les surveillants de la prison de Saint-Martin. Mais ces derniers jours, la pêche a été particulièrement bonne. Téléphones portables, résine de cannabis... de quoi faire monter la pression à la Caserne, l'un des deux sites de cette maison centrale.

La vengeance comme possible explication

Et si des renseignements fournis par des détenus étaient à l'origine de ces découvertes ? Fondée ou pas, la vengeance pourrait expliquer cette explosion de violence, selon le syndicat FO pénitentiaire. Tout commence par une altercation entre deux détenus, au moment de sortir en promenade vers 10 heures ce jeudi matin. Rapidement, 18 détenus répartis en deux groupes se retrouvent impliqués. Et comme personne ne veut remonter en cellule, les surveillants verrouillent la cour de promenade.

La vie de la prison s'arrête en attendant la venue de l'Eris de Bordeaux. Des surveillants spécialisés dans la gestion de crise, qui arrivent en début d'après-midi. En une demi-heure, tout le monde est reconduit dans les quartiers de détention.

Huit détenus à l'isolement ou en quartier disciplinaire

Huit détenus, considérés comme les meneurs ou les acteurs de cette grosse bagarre, sont placés à l'isolement voire en quartier disciplinaire. Pas de blessé grave, selon l'administration pénitentiaire. Des yeux au beurre noir, confirme FO, et tout de même une suspicion de fracture au bras chez un détenu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess