Faits divers – Justice

Grosse frayeur pour six raquettistes dans le massif des Ecrins

Par Xavier Demagny, France Bleu Isère jeudi 14 janvier 2016 à 13:20

Le massif des Ecrins. Illustration.
Le massif des Ecrins. Illustration. - Creative Commons - Nick l'Ermite

Mercredi soir, six randonneurs qui évoluaient en raquettes dans le massif des Ecrins près de Valjouffrey (Isère) se sont mis à l’abri dans un refuge, paniqués par des coulées de neige. Les secouristes ont pu les retrouver sains et saufs.

C’est mercredi, vers 20 heures que les secours ont été prévenus. Une équipe du Peloton de gendarmerie de haute montagne de l’Isère est appelée sur Valjouffrey (Isère), dans le massif des Ecrins, dans le secteur du refuge de Font Turbat. Une personne, qui devait accueillir six jeunes de 25 ans pour le repas, inquiète de ne pas les voir arriver chez elle, a mis les services d’urgence en alerte. Ces six Nordistes évoluaient en raquette, dans un vallon très enneigé, au-dessus de l’aiguille de l'Olan. Ils ont été pris de panique ; inquiets de voir plusieurs départs et coulées de neige au-dessus d’eux.

Un bon réflexe, mais un très mauvais équipement

Les six randonneurs se sont donc mis à la recherche du refuge de Font Turbat. Ils n’ont pas trouvé le refuge d’hiver non gardé, qui était enseveli sous la neige mais ont pu accéder au refuge d’été, à 2170 mètres d’altitude, fermé à cette période. En cassant une vitre, ils ont ainsi pu se mettre à l’abri. Ils ont écrit « SOS » avec les pieds sur le toit du refuge, mais sans réseau, sans matériel spécialisé ni détecteur de victimes d’avalanches (DVA), difficile de retrouver leurs traces. Certains étaient même très mal équipés, sur le plan de leurs raquettes ou même très peu couverts : l’un des membres du groupes était en jean.

La personne qui a donné l’alerte savait qu’ils devaient se rendre à Font-Turbat et c’est elle qui a indiqué les secours. Une équipe du PGHM a été hélitreuillées sur le site mais a trouvé rapidement les égarés, eux-mêmes évacués sur Huez, autour de 22 heures. Ils ont pu repartir ce jeudi matin, pour retrouver leur voiture. Les six randonneurs ont eu le bon réflexe : ne pas risquer leur vie et rebrousser chemin. L’histoire se termine bien mais la journée « aurait pu se finir bien plus tristement » à cause de leur imprudence et la méconnaissance du milieu, confiait ce jeudi un secouriste à France Bleu Isère.

Partager sur :