Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Guéret: 18 mois de prison avec sursis pour avoir soutiré près de 80 000 euros à des adultes handicapés

jeudi 6 septembre 2018 à 16:00 Par Christophe Poirier, France Bleu Creuse

Le tribunal correctionnel de Guéret condamne à 18 mois de prison avec sursis intégral une ancienne membre de l'APAJH 23 qui a soutiré de l'argent à 80 majeurs handicapés. Il faudra bien sûr rembourser les 78 000 euros pris sur les comptes de ces personnes vulnérables.

Le Palais de Justice de Guéret
Le Palais de Justice de Guéret © Radio France - Sophie Peretti

Creuse, France

Une guérétoise âgée de 39 ans échappe de peu à la prison ferme après avoir escroqué près de 80 personnes considérées comme adultes vulnérables. Lors de l'examen de l'affaire en juin, la Procureure de la République avait requis un an et demi de prison ferme. Finalement les 18 mois de sentence sont accompagnés d'un sursis intégral.

Coupable de la totalité des faits qui lui sont reprochés - Le Président du tribunal

A ces mots, la tension est grande dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Guéret.  Oui la femme de 39 ans, mandataire judiciaire de l'APAJH 23 à l'époque,  a bien durant 9 années effectué près de 300 retraits frauduleux en espèces ou par internet sur les comptes de 80 adultes vulnérables dépendants de L'Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés de la Creuse. L'explication de cet abus de confiance et des faux en écriture restera pour partie une énigme. L'accusée avait évoqué un besoin de puissance révélé lors de 4 ans de séances de psychanalyse. Le tribunal n'a pas suivi la Procureure de la République qui refusait le coup de folie, le besoin financier et parlait franchement de trahison. La guérétoise est bien sûr mise à l'épreuve pour les 24 prochains mois et le tribunal lui ordonne de travailler, dans un autre secteur, afin de rembourser ses nombreuses victimes.

Le remboursement des plaignants

Même si 8 des 80 victimes sont décédées depuis les faits, toutes les parties civiles ont été reconnues par le Tribunal. La somme totale à rembourser est de 80 000 euros. Certains ont perdu peu, de l'ordre de 30 à 100 euros. D'autres beaucoup; 20 personnes ont été privées d'au moins 1 000 euros, le compte le plus touché s'est vu "prélever" la somme de 3 280 euros. Toutes les victimes peuvent demander un remboursement rapide auprès du Service des Confiscations. En effet, le compte courant et le logement de l'ancienne mandataire judiciaire sont placés sous scellés. La jeune femme n'a pas assisté à ce délibéré. Son avocat se refuse à tout commentaire.