Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Guéret : Un détenu ne rentre pas à la prison et écope de trois mois supplémentaires

-
Par , France Bleu Creuse

Il a voulu écourter son séjour en prison. Finalement, ce détenu creusois restera jusqu'en novembre à la maison d'arrêt de Guéret, alors qu'il devait sortir à la fin du mois d'août.

Le détenu ne voulait pas retourner en cellule, expliquant qu'il "ne supportait plus la prison".
Le détenu ne voulait pas retourner en cellule, expliquant qu'il "ne supportait plus la prison". © Radio France - Romain Berchet

Guéret, France

Un détenu de la maison d'arrêt de Guéret a été condamné ce mardi 6 août pour évasion. 

À un mois de sa libération, la justice a autorisé cet homme d'une cinquantaine d'années à sortir pour effectuer des démarches administratives, notamment trouver un logement et un emploi. Cet ancien cuisinier a expliqué devant le tribunal qu'il en avait marre de la prison et c'est pour ça qu'il n'est pas rentré à midi, comme il aurait dû le faire.

L'an dernier, il avait été condamné à 16 mois fermes pour des violences. Il devait sortir le 31 août. 

Son escapade aura duré dix jours, pendant lesquels il n'est pas resté loin. Les policiers l'ont retrouvé assis, en plein après-midi, juste en face de la gare de Guéret. Il a séjourné à l'hôtel, à Guéret et à Montluçon, sans trop savoir où aller. Pour son avocate, cette évasion est un appel à l'aide. 

Elle a demandé à la cour de ne pas le renvoyer derrière les barreaux, mais de l'interner au centre psychiatrique de Saint-Vaury pour finir sa peine et se faire soigner. Le cinquantenaire a déjà été condamné 32 fois, accro à l'alcool et aux stupéfiants. En détention, il multiplie les tentatives de suicides.

Pas convaincus, les magistrats du siège ont suivi les réquisitions du procureur et l'ont condamné à trois mois fermes.

L'homme a été reconduit directement à sa cellule à l'issue du jugement.