Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Les locaux du parti communiste vandalisés à Chambéry

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Les locaux du parti communiste français ont été vandalisés à Chambéry dans la nuit de samedi à dimanche. Boîte aux lettres dégradée, impacts sur la porte d'entrée et la caméra interne de l'interphone détruite : l'acte de vandalisme a choqué les membres du parti.

Alain Dupenloup constate les dégâts sur les locaux de Chambéry du parti communiste français.
Alain Dupenloup constate les dégâts sur les locaux de Chambéry du parti communiste français. © Radio France - Adrien Beaujean

Chambéry, France

Triste découverte ce dimanche 22 décembre aux alentours de 5h30 pour Alain Dupenloup, qui s'occupe du journal de la fédération de Savoie du parti communiste français (PCF). A son arrivée au local du parti communiste à Chambéry, la porte d'entrée et l'interphone avaient été vandalisés. "Les serrures avaient été détériorées, on ne pouvait plus entrer", raconte Alain Dupenloup. "La violence apparente et réelle de l'action nous a touché et bousculé".

L'interphone du local du PCF à Chambéry a été brisé. - Radio France
L'interphone du local du PCF à Chambéry a été brisé. © Radio France - Adrien Beaujean

"On va être un peu plus méfiants que d'habitude" - Alain Dupenloup

Cet acte de vandalisme, non revendiqué, intervient dans un climat de contestation sociale en France contre la réforme des retraites et inquiète les membres du parti communiste basés à Chambéry. "Vu ce qu'il s'est passé, c'est évident qu'on va être un peu plus méfiants que d'habitude", ajoute Alain Dupenloup. "Au niveau gouvernemental, on critique d'une façon exagérée le mouvement social, on appelle les cheminots à cesser un mouvement qu'ils ont commencé parce que la réforme n'était pas retirée, et ceux qui soutiennent ce mouvement peuvent être l'objet de violences".

Une partie des boîtes aux lettres a été arrachée. - Radio France
Une partie des boîtes aux lettres a été arrachée. © Radio France - Adrien Beaujean

Une plainte déposée, pas de piste privilégiée

La serrure a déjà été remplacée, une grille ou un volet roulant fort pourraient être installés pour renforcer l'entrée du local. Ce n'est pas la première fois cette année que des sièges du parti communiste français sont ciblés par des actes de vandalisme. 

"Sur les six premiers mois de l'année, on a déjà eu plus d'une vingtaine d'attaques de ce genre" en France, témoigne Florian Penaroyas, porte-parole de la fédération de Savoie du parti communiste français. En février dernier, des inscriptions racistes et antisémites avaient été découvertes à Vienne (Isère) sur le local du PCF.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu