Faits divers – Justice

A Hailles, un projet de poulailler géant divise les habitants

Par Maiwenn Bordron, France Bleu Picardie et France Bleu mardi 5 septembre 2017 à 5:50

Le permis de construire planté dans un tas de craie, sur les hauteurs de Hailles
Le permis de construire planté dans un tas de craie, sur les hauteurs de Hailles © Radio France - Maïwenn Bordron

Un poulailler en plein air de 40 000 poules pondeuses pourrait bientôt être construit à Hailles, au sud-est d'Amiens. La mairie va consulter les 500 habitants. Les communes voisines vont également donner leur avis. Mais c'est la préfecture de la Somme qui tranchera dans quelques mois.

Des tas de craie et de gravats surplombent le village de Hailles. C'est ici, un peu en retrait des habitations, que doit être construit un poulailler. Un projet, comme il en existe des milliers. Sauf qu'il doit accueillir 39 999 poules exactement. Un élevage de taille impressionnante qui inquiète les habitants.

A ECOUTERFlorent Dumoulin, agriculteur à l'origine du projet de poulailler géant à Hailles

Le poulailler est situé sur les hauteurs du village de Hailles - Radio France
Le poulailler est situé sur les hauteurs du village de Hailles © Radio France - Maïwenn Bordron

Le chiffre peut faire sourire : 39 999 poules et pas 40 000. Pour comprendre pourquoi l'exploitant ne compte pas atteindre les 40 000 poules, il faut aller chercher des explications administratives. A partir de 40 000 poules, l'agriculteur à l'origine du projet de poulailler aurait dû lancer une enquête publique. Avec 39 999 poules, une consultation publique suffit. Procédure plus courte et moins lourde.

La mairie de Hailles, où se trouve le site, ainsi que les communes voisines de Thennes, Moreuil et Thézy-Glimont vont être consultées du 11 septembre au 9 octobre. Mais c'est ensuite à la préfecture de la Somme qu'il incombe de trancher dans ce dossier.

Manque d'information

Le problème, c'est que la plupart des habitants, tout comme certains maires n'en ont pas entendu parler. "Vous me l'apprenez", confie le maire de Moreuil, Pierre Boulanger. A Hailles, première commune concernée, certains habitants ont appris qu'un projet de poulailler avait été lancé lorsqu'ils ont vu passer devant chez eux des camions chargés de craie.

C'est le cas de Jean-Marie, 71 ans. Cet habitant de Hailles regrette le manque d'information de la part du maire. "Dès qu'on ne communique pas les choses, on a l'impression que ça va être quelque chose qui est caché et que ça va poser quelques problèmes au niveau des nuisances. Tout compte fait, il suffit d'expliquer, les poules peuvent se mettre çà caqueter là-bas, même s'il y en a 40 000 ça ne va pas nous empêcher de dormir non plus", explique-t-il, en souriant.

Josette, elle aussi, reproche à la mairie de Hailles de ne pas avoir communiqué sur le projet. "On n'a pas eu beaucoup d'éléments, ça s'est fait sans consultation avec les habitants", soupire la sexagénaire, qui s'inquiète des odeurs et de la taille du poulailler, "On est dans un petit village on est tranquilles, alors voir arriver cette construction ... on se pose des questions". Certains habitants disent tout de même avoir reçu un prospectus dans leur boîte aux lettres. Contacté sur le sujet, le maire de Hailles n'a pas encore répondu à nos questions.

Près de 40 000 poules, ça va créer des odeurs. Si c'est le cas, il se pourrait qu'on rejette le projet" - (Patrick Desseaux, le maire de Thézy-Glimont)

Les odeurs, c'est aussi ce qui préoccupe Patrick Desseaux, le maire de Thézy-Glimont, une commune voisine. Lui l'a appris par hasard, n'ayant pas de contact avec la mairie de Hailles. "Je suis inquiet par rapport aux nuisances. Avec le conseil municipal, on risque de demander le rejet du projet", affirme-t-il. Les habitants de Moreuil pourraient également être importunés. Le poulailler va être construit à l'est du village de Hailles et le vent dominant vient de l'ouest. Les odeurs pourraient donc être dirigées vers la commune de Moreuil.

Le début du chantier, sur le site de Hailles - Radio France
Le début du chantier, sur le site de Hailles © Radio France - Maïwenn Bordron