Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Halloween : la police de Brive vigilante après des appels à la "purge"

mercredi 31 octobre 2018 à 16:19 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

La police de Brive est en alerte pour la soirée d'Halloween, ce mercredi. Cela fait suite à des appels à la "purge" relayés sur les réseaux sociaux.

Pour Halloween ce mercredi soir, des appels à la "purge" à Brive circulent sur les réseaux sociaux
Pour Halloween ce mercredi soir, des appels à la "purge" à Brive circulent sur les réseaux sociaux © Maxppp - Owen Humphreys

Brive-la-Gaillarde, France

La police de Brive, contactée par France Bleu Limousin, dit être vigilante pour la soirée d'Halloween après des appels à la "purge" dans la cité gaillarde, ce mercredi soir. Ces appels circulent, notamment sur le réseau social Snapchat, pour inciter à la violence dans la rue, et contre les forces de l'ordre.

Diffuser et relayer un appel est punissable

Le point de départ de tout ça est un film d'horreur américain où tous les crimes sont autorisés le temps d’une nuit. La police de Brive rappelle que diffuser ce genre d'appel est un délit, et que le relayer aussi car il s'agit d'une complicité de provocation au crime.

Des plaintes systématiquement déposées

A ce sujet, un ado de 16 ans est toujours en garde à vue en région parisienne, ce mercredi après-midi, alors qu'un Grenoblois de 19 ans sera lui jugé fin novembre pour avoir appelé à la purge.

Il risque 5 ans de prison et 45 000 euros d'amende. Systématiquement, des plaintes sont déposées : le ministre de l'intérieur, Christophe Castaner, en a lui-même déposé une.

Dans d'autres départements, comme dans l'Hérault, la Savoie et la Haute-Savoie, des mesures particulières ont été prises.