Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Harcèlement sexuel : 10 mois de prison avec sursis requis à l'encontre d'un policier

jeudi 5 juillet 2018 à 21:01 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Nord

Un policier de 48 ans était jugé cet après-midi par le tribunal correctionnel de Béthune. Face à lui, deux anciennes collègues du commissariat d'Auby qui ont porté plainte pour harcèlement sexuel. A l'audience, c'est un portrait accablant du policier qui a été dressé.

Le jugement sera rendu le 26 juillet prochain
Le jugement sera rendu le 26 juillet prochain © Maxppp - Sébastien Jarry

Auby, France

Les faits s'étalent sur une période allant de 2015 à 2017, dans le petit bureau de police d'Auby près de Douai. C'est là qu'un policier, âgé aujourd'hui de 48 ans, a fait vivre un calvaire à deux collègues féminines, dont l'une était sa supérieure hiérarchique. L'homme a multiplié les remarques obscènes, les allusions salaces, il a aussi envoyé un message pornographique par texto : "Dommage que tu sois frigide, je te toucherai bien la poitrine. Tu as une taille parfaite pour une fellation. Je vais sortir mon sexe", voici quelques-une des paroles qui ont été rapportées par les victimes.

Le prévenu nie certaines de ces allusions, il en reconnaît d'autres et s'excuse s'il a pu blesser mais sa défense et son attitude arrogante passent mal "Il s'agissait de blagues, je suis comme je suis. Je voulais mettre de l'ambiance, créer du lien" explique le policier, bien noté par sa hiérarchie. Une hiérarchie justement qui restera longtemps et étonnamment inactive malgré les nombreux signalements. "Il a fallu attendre qu'un médecin du Travail saisisse la Police des Polices" s'étonne Me Lejeune qui défend les deux prévenues, aujourd'hui en arrêt de travail pour dépression. 

Pour la procureure "l'infraction de harcèlement sexuel est bien constituée. Nous ne sommes pas sur le terrain de la blague" a-t-elle dit. Le parquet a réclamé 10 mois de prison avec sursis mais aucune interdiction d'exercer à l'encontre du policier, qui a été muté à Aix-en-Provence il y a 3 mois.