Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Harcèlement sexuel : un policier nordiste condamné à quatre mois de prison avec sursis

jeudi 26 juillet 2018 à 17:58 Par Margot Delpierre, France Bleu Nord

Un policier qui travaillait au commissariat d'Auby, près de Douai (Nord), a été condamné jeudi à quatre mois de prison avec sursis. Il a été reconnu coupable de harcèlement sexuel sur deux collègues par le tribunal correctionnel de Béthune.

"C'est déjà difficile de déposer de plainte contre un collègue ou un employeur, encore plus quand on est dans la police." explique l'avocate des victimes (illustration).
"C'est déjà difficile de déposer de plainte contre un collègue ou un employeur, encore plus quand on est dans la police." explique l'avocate des victimes (illustration). © Radio France - Oanna Favennec

Béthune, France

Début juillet, un policier de 48 ans était jugé au tribunal correctionnel de Béthune pour avoir harcelé sexuellement deux collègues, au commissariat d'Auby, près de Douai. Pendant des mois il avait multiplié les allusions, les sous-entendus et les blagues graveleuses, jusqu'à envoyer un message pornographique. De quoi rendre très difficile le quotidien des deux policières. 

Jeudi, le jugement est tombé. Cet homme a été reconnu coupable et condamné à quatre mois de prison avec sursis. Le parquet en avait requis dix. Malgré tout, pour l'avocate des victimes, Me Blandine Lejeune, c'est une victoire. "Nous sommes ravies puisque ce que nous souhaitions, c'est qu'il soit reconnu coupable des faits, qu'il contestait. C'est la consécration d'un long combat", affirme l'avocate.

"C'est déjà difficile de déposer de plainte contre un collègue ou un employeur, encore plus quand on est dans la police. Où pouvaient-elles aller déposer plainte ?" explique Blandine Lejeune, pour qui cette affaire pourrait aider d'autres femmes dans des situations similaires.

Elles savaient qu'elles serviraient d'exemple. Ça peut aider certaines femmes à libérer leur parole, à oser parler et à oser déposer plainte" - Me Lejeune

"Elles sont complètement soulagées", assure l'avocate, qui espère que le policier acceptera sa peine et ne fera pas appel. Il a été muté il y a plusieurs mois à Aix-en-Provence. Quant à ses victimes, "l'une souhaite retourner travailler [...], elle a demandé une affectation ailleurs. L'autre a renoncé à travailler dans la police, je pense que cette expérience l'a cassée. Elle fera autre chose", explique Blandine Lejeune.