Infos

Haute Côte-d'Or : y-a t-il un pyromane dans le Châtillonnais ?

Par Marion Bargiacchi et Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne mardi 19 janvier 2016 à 17:22

Un hangar à fourrage incendié dans le Châtillonnais
Un hangar à fourrage incendié dans le Châtillonnais © Radio France - Thomas Nougaillon

Après une série de trois incendies le week-end dernier à Poiseul-la-Ville-et-Laperrière, à Magny-Lambert et un à 27 km de là, à Étais tout près de Montbard, la question de la présence d'un pyromane se pose. Sur place, la piste est clairement évoquée et les éleveurs n'en peuvent plus.

Y a t-il un pyromane dans le Châtillonnais ? La question se pose après une série d'incendie, trois le week-end dernier à Poiseul-la-Ville-et-Laperrière et à Magny-Lambert et un à 27 km de là à Étais tout près de Montbard. À chaque fois ce sont des hangars remplis de fourrage qui ont été touchés sur des exploitations agricoles. Les premiers feux ont pris vendredi soir à 21H20, 23H45 et peu après minuit alors que les pompiers n'en n'avaient toujours pas fini avec le premier sinistre. Sur place la piste du pyromane est clairement évoqué et les éleveurs n'en peuvent plus.

Thierry Granchamp, un exploitant agricole explique son ras-le-bol : "Ça commence à devenir vraiment pénible. Dès qu'on a un hangar à fourrage, on a peur que quelqu'un vienne allumer". D'après lui, cela fait cinq ans que des exploitations agricoles sont régulièrement incendiées. D'après lui, cela fait cinq ans que des exploitations agricoles sont régulièrement incendiées. Mais les gendarmes n'ont toujours pas trouvé le coupable.

"C'est quelqu'un qui n'a vraiment pas peur, il allume à n'importe quelle heure !"

Thierry Granchamp, agriculteur

Thierry Granchamp parle de la série d'incendies

 

Il est peu probable que ces incendies soient dus à une vengeance personnelle car les cibles sont très diverses. Max Seguin est l'une des victimes. Un incendie criminel a réduit en cendres tout son stock de paille.

Max Seguin devant les restes calcinés de son hangar. - Radio France
Max Seguin devant les restes calcinés de son hangar. © Radio France - Thomas Nougaillon

 

Il stockait 800 bottes de pailles à l'intérieur et 400 à l'extérieur. Tout est parti en fumée. L'incendie se serait déclenché aux alentours de 21H25. À cette heure, c'est un de ses voisins de retour de Dijon qui se rend compte que la paille brûle. Il prévient tout de suite les pompiers et Max Seguin.

Max Seguin raconte l'incendie de son stock de paille

Je n'ai plus un brin de paille, j'ai fait appel à la solidarité dans le village.

Max Seguin, victime de l'incendie.

L'hypothèse d'un problème électrique est exclue : le premier bâtiment électrisé se situe à presque 70 mètres. L'incendie a complètement déformé la structure du bâtiment, il faudra le détruire et reconstruire. Les gendarmes reviendront jeudi avec un maître chien pour trouver des indices. Ils n'ont pas souhaité faire de déclaration quant à une enquête en cours.

Partager sur :