Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Haute-Garonne : les cambriolages en baisse pour la première fois depuis 10 ans

mardi 13 février 2018 à 18:48 Par Clémence Fulleda, France Bleu Occitanie

Après une forte hausse en 2016, les cambriolages sont en baisse en Haute-Garonne. Ce mardi 13 février, le préfet a dévoilé les chiffres de 2017. Les efforts des autorités, qui en avaient fait leur priorité, ont donc payé. Explications.

Les gendarmes de la Haute-Garonne ont fait beaucoup de prévention. (illustration)
Les gendarmes de la Haute-Garonne ont fait beaucoup de prévention. (illustration) © Maxppp - Franck Kobi

Haute-Garonne, France

C'est du jamais vu depuis 10 ans : en 2017, les cambriolages ont baissé de 8,4% en Haute-Garonne par rapport à 2016.

Une amélioration qui fait suite à une mauvaise année 2016. Les cambriolages avaient augmenté de 9% en 2016 par rapport à l'année précédente ; pour les cambriolages d'habitations la hausse était même de 18% ! 

Cette baisse est remarquable en zone police comme en zone gendarmerie, où les cambriolages d'habitation ont même diminué  de 10%.

Une "participation citoyenne" payante

Pascal Mailhos, le préfet de la Haute-Garonne et d'Occitanie avait promis de lutter en priorité contre les cambriolages; les efforts ont donc payé.

Grâce à la prévention tout d'abord. Ainsi, 34 communes font aujourd'hui partie du dispositif dit de "participation citoyenne"en Haute-Garonne. Il permet une solidarité de voisinage ; les habitants d'un même quartier ou d'un même immeuble vont par exemple surveiller les maisons de leurs voisins partis en vacances ou ramasser leur courrier. Les élus de ces communes distribuent des flyers pour donner des conseils de vigilance.

Par ailleurs, 32 communes ont installé des dispositifs de vidéosurveillance.

Concernant les commerçants, la préfecture a réactivé le dispositif d'alerte SMS et a diffusé des guides de bonnes pratiques à l'usage des professionnels.

Une recours systématique à la police scientifique

Côté répression, les policiers et les gendarmes assurent avoir été plus présents sur les terrains concernés par les cambriolages, grâce notamment aux réservistes.

Depuis deux ans, le préfet a aussi systématiquement demandé de recourir à la police technique et scientifique sur les lieux cambriolés. Cela permet d'accumuler des données, des empreintes et de résoudre plus d'affaires. Ainsi, environ 1 000 cas ont été élucidés l'an dernier, 14% de plus que l'année précédente.

Police de sécurité du quotidien

Lors de la conférence de presse du 13 février 2018, le préfet a par ailleurs confirmé le déploiement de la police de sécurité du quotidien au Mirail, à Toulouse. 15 à 30 policiers supplémentaires devraient arriver en septembre 2018, comme promis par Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur. 

Des brigades de contact (gendarmerie) seront aussi bien créées à Toulouse Saint-Michel et à Villefranche-de-Lauragais. 

Bémols

Ceci étant, certains chiffres laissent plus songeurs.

Ainsi, le taux d'élucidation global est de 10% pour les atteintes aux biens, 51% pour les atteintes à l'intégrité physique. 

Par ailleurs, si les vols avec violences baissent (-6,5%), les violences physiques non crapuleuses augmentent de 5% et les violences sexuelles progressent d'environ 8%.

Délinquance et terrorisme ?

Enfin, y a t'il un lien entre délinquance et terrorisme ? Pierre-Yves Couilleau, le procureur de Toulouse, répond que lors des deux dernières années, 29 cas de délinquants ont été remontés au parquet de Paris, 29 personnes potentiellement radicalisées. Toulouse est ainsi "en tête du classement" avec Lyon.