Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Loire : l'ex-compagnon jugé devant les assises pour le féminicide du barrage de Lavalette

Un Yssingelais de 49 ans est jugé ce mercredi 23 juin devant les assises de Haute-Loire dans l'affaire du féminicide du barrage de Lavalette. Il est accusé d'avoir tué son ex-compagne, en novembre 2018, le jour même d'une convocation au tribunal pour violences conjugales.

Barrage de Lavalette (capture Google Street View).
Barrage de Lavalette (capture Google Street View). - Google Street View

Ludovic D., un Yssingelais de 49 ans, est jugé ce mercredi 23 juin devant les assises de Haute-Loire pour le meurtre de son ex-compagne, Sylvia, retrouvée morte le 10 novembre 2018 au pied du barrage de Lavalette. Le matin du meurtre, l'accusé était convoqué devant le tribunal pour violences conjugales

Un procès pour apprendre la vérité sur la mort de Sylvia

L'accusé, par l'intermédiaire de son avocat maître André Buffard, se dit prêt à "dire la vérité et à s'expliquer" devant les assises sur cette journée du 9 novembre2018. Ce jour-là, après une convocation au tribunal pour violences conjugales, il se rend à Lapte sur l'exploitation de rongeurs qu'il continue de diriger avec son ex-compagne, Sylvia. 

La suite, lui seul la connaît. Il change plusieurs fois de versions lors de sa garde à vue, parle d'abord d'un accident, puis d'une violente dispute suivie de coups. Une chose est certaine : d'après l'autopsie, Sylvia est tombée vivante du haut du barrage. C'est la chute d'une trentaine de mètres qui a causé sa mort. 

La famille de Sylvia attend des explications, sans se faire d'illusions selon l'un des avocats des parties civiles, Maître Yves Sauvayre : "C'est la première fois qu'ils seront face à Ludovic. Mais ils ont une souffrance absolue, et ne savent pas si le procès aura cette vertu curatrice qu'ils attendent depuis très longtemps."

Des antécédents et des alertes avant le meurtre

La mort de Sylvia intervient après avoir donné de nombreuses alertes sur l'homme qui a partagé sa vie pendant dix-huit ans, et avec lequel elle a eu trois enfants. Sylvia dépose d'abord une main courante pour en avril 2018 pour des violences verbales et physiques, puis porte plainte pour violences conjugales après avoir été menacée par son ex-compagnon, armé d'une serpette. C'est d'ailleurs pour cela que Ludovic est convoqué devant le tribunal du Puy-en-Velay le jour du meurtre.

Ce "contexte tendu, sans véritables violences" selon l'avocat de l'accusé, aurait, au contraire, dû être pris beaucoup plus sérieusement par les autorités judiciaires, argumente Maître Sauvayre : "C'est la chronique d'une mort annoncée. L'autorité judiciaire vous dit : est-ce que le pire aurait pu être envisageable ? Nous, on dit oui. Il y avait un homme tyrannique, alcoolique, violent, que la victime a connu, et dont elle a parlé avant sa mort." L'accusé risque la réclusion criminelle à perpétuité.

Pour afficher ce contenu Google Maps, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess