Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Haute-Loire : prison ferme pour un gérant de laboratoire qui a vendu du gel hydro-alcoolique non conforme

Un gérant de laboratoire de Haute-Loire a écopé de six mois de prison ferme, ce mardi, pour avoir produit et vendu du gel hydro-alcoolique non conforme pendant le premier confinement. Sa peine est assortie d'une interdiction définitive de gérer une société. Son avocat fait appel.

Du gel hydroalcoolique, réflexe pendant l'épidémie de coronavirus.
Du gel hydroalcoolique, réflexe pendant l'épidémie de coronavirus. © Radio France - Mathilde Montagnon

Le gérant du laboratoire Vecteur Energy, situé à Saint-Maurice-de-Lignon en Haute-Loire, a écopé de six mois de prison ferme et d'une amende de 12.449 euros pour avoir commercialisé du gel hydro-alcoolique non conforme pendant le premier confinement. Il était poursuivi pour pour "tromperie sur la nature de la marchandise" et "usage de faux en écriture". Son avocate va faire appel.

L'affaire avait été déclenchée par un contrôle de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) sur ce produit en avril 2020.  Son analyse avait révélé une teneur en éthanol insuffisante (35%), pour assurer une vraie action anti-virale et anti-bactérienne, au lieu des 60% minimum requis.  Environ 2.000 flacons avaient été vendus à un prix supérieur à celui plafonné par le gouvernement.

Le gérant âgé de 65 ans a par ailleurs été condamné par un second jugement à six mois d'emprisonnement avec sursis pour "usurpation du titre ou de la qualité de pharmacien".  Il comparaissait sur citation directe du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens, en raison d'une publicité dans laquelle il présentait comme un médicament l'une des productions de sa société.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess