Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Loire : une free-party et une fête d'anniversaire tournent à la verbalisation générale

Ce weekend en Haute-Loire, la gendarmerie a dû intervenir sur deux rassemblements non autorisés et en dehors des règles sanitaires. Une free-party a ainsi rassemblé une cinquantaine de participants à Saint-Julien-Chapteuil. Au Mazet-Saint-Voy, c'est une fête d'anniversaire qui a réuni 40 invités.

Gendarmerie (image d'illustration).
Gendarmerie (image d'illustration). © Radio France - Flavien Groyer

Des verbalisations en masse ce weekend en Haute-Loire pour non respect de la règle sanitaire portant sur les rassemblements de personnes. Les gendarmes ont ciblé une free-party et une fête d'anniversaire.

Free-party dans les bois à Saint-Julien-Chapteuil

Une cinquantaine de fêtards ont investi un terrain privé, avec l'accord du propriétaire, au lieu-dit Rocherols sur la commune de Saint-Julien-Chapteuil samedi soir. Prévenus, une trentaine de gendarmes s'est postée aux abords de la free-party dès la soirée, afin de verbaliser quiconque tentait d'en sortir. Les derniers participants partent de la fête ce dimanche soir. Au total, une cinquantaine de verbalisations a été dressée.

Une fête d'anniversaire à 40 invités au Mazet-Saint-Voy

Au Mazet-Saint-Voy, les gendarmes sont intervenus vers minuit et demi dans un gîte privé. Deux jeunes filles fêtaient leur anniversaire en compagnie de 40 invités. Tous ont reçu une amende de 135 euros. Le propriétaire a en plus écopé d'une verbalisation pour une infraction au contrat de location.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess