Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Loire : vingt ans de prison pour le féminicide du barrage de Lavalette

20 ans de prison, c'est le verdict du féminicide du barrage de Lavalette à Lapte en Haute-Loire. La décision est tombée vendredi 25 juin après trois jours d'audience devant les assises au Puy en-Velay. Ludovic Dimec avait précipité son ex conjointe du haut du barrage à Lapte en novembre 2018

Après trois jours d'audience devant les assises du Puy-en-Velay, le verdict du féminicide de Lavalette a été rendu ce vendredi 25 juin.
Après trois jours d'audience devant les assises du Puy-en-Velay, le verdict du féminicide de Lavalette a été rendu ce vendredi 25 juin. © Maxppp - Yves Salvat

Le verdict est tombé tard dans la soirée le vendredi 25 juin mais dès le premier jour d'audience mercredi aux assises du Puy-en-Velay (Haute-Loire), Ludovic Dimec l'a reconnu d'emblée : "je suis coupable et seul responsable de la mort de Sylvia" Bouchet, son ex compagne.  

Si face aux enquêteurs, cet homme de 49 ans avait souvent changé de version, face aux jurés dès le premier jour, il s'en est tenu à une : il a frappé son ex femme sur l'exploitation qu'il tenait avec elle avant d'emmener son corps au barrage de Lavalette à Lapte et de s'en débarrasser le 9 novembre 2018. Le couple était alors séparé depuis plusieurs mois et Ludovic Dimec venait d'apprendre qu'il serait jugé en correctionnelle pour violences conjugales.

Cet Yssingelais encourait la réclusion à perpétuité, il a donc finalement été condamné à 20 ans de prison avec une période de sûreté de 13 ans. L'avocat général avait de son côté plaidé une peine de 30 années de réclusion, dont les deux tiers de peine de sûreté. Dans le verdict ce vendredi soir, la peine est assortie de l'interdiction de détenir une arme pendant 15 ans et l'autorité parentale sur deux de ses enfants, mineurs, lui a été aussi retirée.

Reste que l'autopsie a montré que cette éleveuse de 42 ans est tombée vivante et que c'est la chute de 33 mètres depuis le barrage qui a causé sa mort, un point que l'accusé n'a jamais su confirmer tout au long de l'audience. "Je ne sais pas si elle respirait avant de la jeter dans le vide a-t-il déclaré au cours du procès. Elle était inanimée, je ne peux pas dire plus."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess