Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Haute-Saône : le retraité dégradait des radars par vengeance et les taguait avec ses initiales

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Un retraité de 62 ans a été interpellé ce lundi matin à Noidans-lès-Vesoul. Il est soupçonné d'avoir dégradé avec une bombe de peinture rouge orangé, deux radars dans la nuit du 10 au 11 novembre dernier. Il laissait à chaque fois les initiales de son prénom.

Un radar tourelle avait également été dégradé en Haute-Saône
Un radar tourelle avait également été dégradé en Haute-Saône © Radio France - Marine Chailloux

Noidans-lès-Vesoul, France

Les gendarmes de Saint-Loup-sur-Semouse ont interpellé un homme de 62 ans ce lundi à Noidans-lès-Vesoul. Ce retraité est soupçonné d'avoir dégradé deux radars, avec de la peinture rouge orangé : un à Fougerolles et un à Vesoul, le long de la RN19. Les faits se seraient déroulés dans la nuit du 10 au 11 novembre dernier. À chaque dégradation, le sexagénaire laissait les initiales de son prénom : J-L.

Flashé trois fois de suite, il aurait agi par vengeance

Les enquêteurs ont pu identifier la plaque de son véhicule et l'ont placé en garde à vue ce lundi matin. Selon le procureur de la République de Haute-Saône, Emmanuel Dupic, l'homme a reconnu les faits. Il n'avait pas de casier judiciaire. Le sexagénaire explique avoir agi par vengeance : il aurait été flashé par le radar de Fougerolles une fois, et par celui de Vesoul trois fois. Il devra s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Vesoul le 18 février prochain. Il risque cinq ans d'emprisonnement. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu