Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Haute-Savoie : l'ancien directeur de l'école de Cornier est relaxé des poursuites pour agressions sexuelles

-
Par , , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

L'ancien directeur de l'école de Cornier, en Haute-Savoie, poursuivi pour agressions sexuelles sur ses élèves a été relaxé ce jeudi matin. Une décision qui choque les parents d'élèves. Ils envisagent de faire appel.

Le village de Cornier en Haute-Savoie
Le village de Cornier en Haute-Savoie - google maps

Bonneville, France

L'ancien directeur de l'école du village de Cornier en Haute-Savoie, poursuivi pour agressions sexuelles sur ses élèves par le tribunal correctionnel de Bonneville, a été relaxé ce jeudi matin. Chez les parents des jeunes enfants de trois ans au moment des faits en 2016, et qui avaient porté plainte, le choc et la colère sont profonds.  

La parole des enfants n'a pas été entendue

L'avocate de plusieurs familles, Maître Christelle Pernollet, rapporte ce jeudi midi que "les familles que je représente sont abasourdies et très choquées par le jugement qui a été rendu. C'est un moment qui a été difficile pour elles. Certaines étaient en larmes. Ces familles ne comprennent pas, alors que de nombreux enfants ont révélé les agressions sexuelles dont ils ont été victimes, que ces faits là, que le traumatisme attesté par des psychologues, ne soient pas pris en compte par la justice".

Pas de preuves suffisantes contre l'enseignant selon les juges

En préambule de l'énoncé du jugement, poursuit l'avocat des parties civiles, "le président a expliqué que le tribunal avait estimé que les déclarations des enfants n'avaient pas été recueillies avec les garanties nécessaires, et qu'à partir de là, il n'y a avait pas suffisamment d'éléments probants pour entrer en voie de condamnation".

Lors de l'audience en juin dernier, le procureur avait requis cinq ans d'emprisonnement dont trois ans de prison ferme.

Les familles ont l'intention de faire appel 

Selon Maître Pernollet, "nous attendons de connaître la position du parquet de Bonneville puisqu'en tant que parties civiles, notre appel est soumis à celui du parquet, mais il est quasiment acquis que nous allons faire appel de ce jugement" a-t-il confirmé à France Bleu Pays de Savoie.

Choix de la station

France Bleu