Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Savoie: le Parquet de Bonneville fait appel de la relaxe du directeur d'école de Cornier

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Poursuivi pour agressions sexuelles par 19 familles, le directeur et enseignant de maternelle de l'école de Cornier en Haute-Savoie a été relaxé jeudi dernier par le tribunal correctionnel de Bonneville. Ce lundi, le parquet fait appel de ce jugement devant la Cour d'appel de Chambéry.

Illustration: audience tribunal
Illustration: audience tribunal © Radio France - Marie AMELINE

Quatre jours après la relaxe du directeur de l'école de Cornier en Haute-Savoie, le Parquet de Bonneville fait appel du jugement rendu par le tribunal correctionnel. 

Jeudi dernier 19 septembre, alors que le procureur avait requis cinq ans de prison dont 2 ferme à l'encontre de l'enseignant de maternelle poursuivi pour agressions sexuelles sur des enfants de trois ans par 19 familles, le tribunal correctionnel de Bonneville avait prononcé la relaxe totale du professeur des écoles, à la stupeur et colère des parents. 

Les infractions sont établies, et attestées par les expertises psychologiques

Dans un communiqué, le Procureur de la république de Bonneville, Patrice Guigon, confirme cet appel auprès de la Cour d'appel de Chambéry en Savoie, arguant que: 

Pour le parquet les infractions sont caractérisées, établies, et confirmées par des expertises psychologiques. Face aux analyses divergentes du parquet et du tribunal, il convient que l'affaire soit réexaminée et rejugée.

Dès l'énoncé du verdict la semaine dernière, les familles avaient fait savoir par la voix de leurs avocats, qu'elles attendaient cette décision du Parquet  pour poursuivre leur action et se constituer à nouveau parties civiles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess