Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Haute-Savoie : un père et ses deux enfants en gilets jaunes devant l'Élysée, après une marche de 600 kilomètres

- Mis à jour le -
Par , , , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Partis à vélo de Douvaine (Haute-Savoie) le 22 décembre pour rencontrer Emmanuel Macron, Pascal Dibartolo et ses deux enfants sont arrivés jeudi à Paris, devant le palais de l'Élysée, après un périple de près de 600 kilomètres.

Le périple de Pascal et ses deux enfants a pris fin jeudi à Paris
Le périple de Pascal et ses deux enfants a pris fin jeudi à Paris -

Mission accomplie ...ou presque. Partis à vélo de Douvaine (Haute-Savoie) le 22 décembre pour rencontrer Emmanuel Macron, Pascal Dibartolo et ses deux enfants sont arrivés jeudi devant le palais de l'Élysée, après un périple de près de 600 kilomètres. Malgré de nombreuses démarches, les grilles du palais ne se sont pas ouvertes. Ils ont tous trois dormi à l'hôtel dans la nuit de jeudi à vendredi. Pascal Dibartolo précise que cet hébergement a été payé "par des gilets jaunes".

La famille est bien arrivée dans la capitale  - Aucun(e)
La famille est bien arrivée dans la capitale -

Un périple solidaire pour les enfants défavorisés

Tout au long du parcours, Pascal Dibartolo et ses enfants ont bénéficié de la solidarité des gilets jaunes, qui ont souffert ouvert leurs portes. Leur "voyage des enfants sans sapin" a un but précis : demander au chef de l'État un geste pour les enfants défavorisés, en augmentant la prime de Noël. Pascal Dibartolo est déterminé, "j'irai jusqu'au bout, dès demain matin je serai à nouveau devant les grilles de l'Elysée, je suis prêt à entamer une grève de la faim".

Bloqué par les gendarmes

Alors qu'il souhaitait être reçu à l'Élysée, après sa longue marche à travers la France, les portes du palais sont restées fermées vendredi. Pascal Dibartolo nous a précisé qu'il reste "bloqué par des gendarmes", tout près, rue Saint-Honoré, avec ses enfants. Selon lui, les forces de l'ordre l'empêche d'approcher le palais de l'Élysée.

Des gilets jaunes rencontrés tout au long du parcours - Aucun(e)
Des gilets jaunes rencontrés tout au long du parcours -