Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Haute-Savoie et Loire : une famille impliquée dans un trafic international de drogue 

Cinq membres d'une même famille ont été interpellés fin avril en Haute-Savoie et dans la Loire. Ils sont soupçonnés d'avoir fabriqué en Haute-Savoie, dans un laboratoire clandestin, et vendu à l'étranger, d'importantes quantité de drogues de synthèse.

Une importante quantité de drogues a été saisie dans l'appartement familial.
Une importante quantité de drogues a été saisie dans l'appartement familial. - Gendarmerie nationale

C'est un important trafic de drogue qui vient d'être démantelé dans la région Auvergne-Rhône-Alpes : cinq membres d'une même famille, âgés d'une trentaine à une soixantaine d'années, ont été interpellées fin avril par les gendarmes. Tous sont soupçonnés d'avoir fabriqué et vendu à l'export une quantité assez impressionnante de drogues de synthèse, comme de la cocaïne ou de la MDMA.

"Il y avait tout le matériel nécessaire pour la transformation des produits chimiques"

Deux millions d'euros de bénéfice

Selon nos informations, trois d'entre eux -la mère et ses deux fils- ont été arrêtés en Haute-Savoie, sur la commune de Valleiry, près de la frontière Suisse. Deux autres -la fille et le compagnon de la mère, qui n'est pas le père des enfants- ont été interpellés dans la Loire, dans le petit village de Saint-Priest-la-Prugne.

Les produits stupéfiants étaient revendus sur internet via des réseaux parallèles. Et l'entreprise était juteuse : en l'espace de trois ans, la famille aurait ainsi généré au moins deux millions d'euros de bénéfice.

Laboratoire clandestin à Valleiry

Selon nos informations, c'est un véritable laboratoire clandestin qui a été découvert dans cet appartement familial de Valleiry. Les produits chimiques étaient mis dans des bouteilles de vin, préalablement vidées. La drogue ainsi fabriquée (MDMA, cocaïne) était ensuite directement expédiée par La Poste ou des sociétés de livraison, dans des enveloppes, en France et à l'étranger (Australie, Taïwan, Etats-Unis).

Paiement en cryptomonnaies

Les clients passaient commande sur "le dark web", un réseau parallèle à internet qui permet, via des codes, d'accéder à des sites où se vend notamment de la drogue. La famille se faisait payer en cryptomonnaies, un système "qui fonctionne comme un compte bancaire", explique le colonel Laurent Lesaffre, de la section de recherches de la gendarmerie de Lyon, chargée de l'enquête.

"En fonction des types de plateformes, il existe des cartes bleues, sur lesquelles vous pouvez aller retirer de l'argent directement sur un distributeur automatique de billets, ça décompte votre compte en cryptomonnaies, mais vous pouvez transformer cet argent en argent liquide". Dans cette affaire, l'équivalent de 500.000 euros en cryptomonnaies a déjà été récupéré par les gendarmes. Mais d'autres sommes d'argent se cacheraient toujours sur des plateformes spécialisées, que les enquêteurs cherchent à retrouver.

Une enquête hors norme

Ce coup de filet est le résultat d'une vaste enquête commencée en 2018, qui est assez exceptionnelle à plusieurs titres. "Les laboratoires de production sont souvent à l'étranger, aux Pays-Bas en particulier, et il est très rare d'interpeller et de démanteler un laboratoire complet au domicile d'un particulier en France", explique le colonel Laurent Lesaffre.

"Et puis nous avons à faire à une famille qui travaillait en cercle fermé (...) c'était une famille au-dessus de tout soupçon, sans antécédents judiciaires, qui avait une vie tranquille, qui vivait correctement, mais pas de façon ostentatoire, une famille totalement intégrée et transparente".

Quatre mises en examen

Sur les cinq personnes interpellées, quatre ont été mises en examen pour production ou fabrication de produits stupéfiants illégaux, exportation de produits stupéfiants et blanchiment. Deux membres de la famille ont été placés en détention provisoire, et la cinquième personne interpellée a été placée sous contrôle judiciaire en attendant d'être convoquée ultérieurement par le juge d'instruction.

L'information judiciaire a été ouverte par la JIRS de Lyon, la juridiction interrégionale spécialisée. Au total, une soixantaine de gendarmes de la section de recherches de Lyon et des groupements de gendarmerie départementale de la Loire et de Haute-Savoie ont été mobilisés sur cette opération judiciaire.

Dans l'appartement où se trouvait le laboratoire, les enquêteurs ont saisi 28.000 euros d'argent liquide et une grosse quantité de drogues : près de 10 kilos de MDMA et 18.400 cachets d'ecstasy ont notamment été retrouvés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess