Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Villeneuve-la-Garenne : le motard blessé dans un accident impliquant des policiers va porter plainte

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Paris

Des échauffourées ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche à Villeneuve-la-Garenne, en banlieue parisienne, après un accident de moto impliquant la police dans des circonstances encore confuses. Le parquet de Nanterre a ouvert deux enquêtes, le motard va porter plainte.

Voiture de police, illustration
Voiture de police, illustration © Radio France - Sixtine Lys

Deux enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Nanterre après un accident de moto impliquant la police ce samedi soir à Villeneuve-la-Garenne, dans les Hauts-de-Seine. Un conducteur de moto, âgé de 30 ans, s'est encastré dans la portière ouverte d'une voiture de police banalisée, qui se trouvait à l'arrêt à un feu rouge. Le motard a alors fait un vol plané et atterri contre un poteau. L'homme souffre d'une fracture ouverte de la jambe et d'une fracture du fémur. Il a été hospitalisé et opéré, mais il ne sait pas quand il pourra sortir de l'hôpital, selon son avocat. Maître Stéphane Gas annonce ce dimanche qu'il portera plainte ce lundi. Les circonstances de cet accident sont encore troubles. 

Le motard "grièvement blessé" à la jambe 

Dans un communiqué publié ce dimanche, la préfecture de police de Paris assure que le trentenaire "présentait une plaie hémorragique à la jambe et une fracture ouverte du fémur" et qu'il a été "pris en charge par les policiers sur place, qui lui ont immédiatement prodigué les premiers soins", avant d'être hospitalisé "sans pronostic vital engagé". Il a été hospitalisé et s'est réveillé ce dimanche, "encore sonné", déclare son avocat. 

Des circonstances encore troubles

Selon une source policière, le conducteur de la moto, âgé de 30 ans, roulait à vive allure, "sans casque" et sur une moto "non homologuée". Le motard ne contredit pas avoir roulé au-dessus des limitations de vitesse à son avocat. Il explique cependant ne pas avoir vu qu'il s'agissait d'une voiture de police : "Il n'a absolument pas compris ce qui lui arrivait, c'est en se réveillant à l'hôpital qu'il a compris que c'était des policiers", indique son avocat. Pour Me Gas, le motard pensait avoir été victime "d'un simple accident de la route" et ne "pensait pas de prime abord à une bavure policière".

Le motard assure qu'il était sortir faire le plein d'essence et que sur son chemin du retour, il a vu une voiture et une portière s'ouvrir d'un coup, avant de s'y encastrer. C'est là que les deux versions s'affrontent. Dans un communiqué publié ce dimanche, la préfecture de police de Paris affirme que les policiers ont voulu "procéder à son contrôle" et que c'est en ouvrant la portière de leur voiture banalisée que "le motard, manquant de renverser le chef de bord, a heurté ladite portière". Une version que contredit le motard : "Non seulement il n'y avait absolument pas de policier autour du véhicule, à l'extérieur, mais en plus de ça, si j'avais su que ça allait être un contrôle, je me serais arrêté et je n'aurais certainement pas tenté d'aller renverser un policier", a-t-il dit à son avocat. Pour Stéphane Gas, "cette portière a été ouverte pour mettre fin à sa course, à sa progression". Il compte donc porter plainte lundi à la première heure pour violence en réunion, par personne dépositaire de l'autorité publique et avec arme, la voiture étant considérée par l'avocat ici comme arme par destination. 

La victime est connue des services de justice,  sous contrôle judiciaire depuis le 16 mars pour "menaces de mort et doit être jugé en juillet", selon le parquet de Nanterre. 

Des médiateurs déployés

Des échauffourées ont éclaté entre une trentaine d'habitants et les forces de l'ordre à la suite de cet accident.  "Les policiers et leurs renforts ont été la cible de divers jets de projectiles", d'après la préfecture de police de Paris. Ce dimanche, la préfecture de police de Paris indique que des médiateurs "sont déployés par la commune de Villeneuve-la-Garenne" et que "le préfet des Hauts-de-Seine a mobilisé les délégués pour les quartiers prioritaires de la politique de la ville". Le parquet de Nanterre a lui saisi la sûreté territoriale du 92 pour "l'ensemble des faits de l'accident et sur les faits d'outrages et menaces de mort sur les policiers".

Selon le journaliste Taha Bouhafs, d'autres tensions ont éclaté ce dimanche soir à Villeneuve-la-Garenne, avec plusieurs tirs de feux d'artifices.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess