Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Le double meurtre de Montigny-lès-Metz : 30 ans de rebondissements judiciaires

Henri Leclaire mis en examen pour le double meurtre de Montigny-les-Metz

mardi 5 août 2014 à 15:16 Par Aymeric Robert, France Bleu Lorraine Nord

Le retraité de 65 ans a été placé, ce mardi, sous contrôle judiciaire, mais laissé en liberté. Il y a donc désormais deux suspects dans l'affaire du double meurtre de Montigny-les-Metz : le tueur en série Françis Heaulme et maintenant Henri Leclaire, le premier à avouer les faits en 1986

Henri Leclaire, le 5 août 2014.
Henri Leclaire, le 5 août 2014. © MAXPPP

Manuel

Nouveau rebondissement dans l'affaire du double meurtre de Montigny-les-Metz. Vingt-huit ans après le meurtre de deux enfants au bord d'une voie ferrée, Henri Leclaire a été mis ce mardi en examen. Ce manutentionnaire à la retraite de 65 ans est resté plus de trois heures dans le bureau du juge d'instruction chargé d'une nouvelle information judiciaire. Il est arrivé sans un mot au palais de justice. Et c'est aussi sans un mot qu'il a quitté le palais, peu après 12h30, cheveux gris, silhouette épaisse et tête baissée. Henri Leclaire a été laissé libre sous contrôle judiciaire en attendant un futur procès, le cinquième dans cette affaire . Sa mise en examen qui fait suite au report du procès de Françis Heaulme en avril.

*> Henri Leclaire, l'homme qui a provoqué le renvoi du procès en avril 2014 *

Il y a quatre mois, deux témoignages de dernière minute ont obligé la justice à reporter le procès du tueur en série Françis Heaulme, principal accusé après l'acquittement de Patrick Dils. "C'est parfaitement logique et attendu, s'est exprimé Thomas Hellenbran, l'avocat d'Henri Leclaire, le simple fait qu'il soit placé sous contrôle judiciaire (...) est la preuve que son implication n'existe pas. Le seul problème de ce dossier, c'est cet aveu initial. "

Thomas Hellenbrand, l'avocat d'Henri Leclerc, ce mardi 5 aôut 2014. - Maxppp
Thomas Hellenbrand, l'avocat d'Henri Leclerc, ce mardi 5 aôut 2014. © Maxppp

LECLAIRE HELLENBRAND palais

Henri Leclaire avait dans un premier temps avoué le double meurtre, commis à proximité de son lieu de travail, avant de se rétracter et d'être mis hors de cause par les enquêteurs qui avaient préféré suivre la piste de Patrick Dills. Lequel avait été condamné en 1989, avant d'être blanchi en 2002. Le nom de Leclaire était revenu dans la procédure au début des années 2000, en parallèle à celui du tueur en série Francis Heaulme, qui a reconnu sa présence sur les lieux du crime, mais désigné Henri Leclaire comme seul coupable. A l'issu d'une nouvelle enquête, Henri Leclaire avait bénéficié d'un non-lieu en mars 2013.

> FRISE INTERACTIVE - Le double crime de Montigny-lès-Metz

"Ma cliente est bouleversée par ce qu'il se passe , explique Dominique Boh-Petit, l'avocate de Chantal Beining, la mère de l'un des garçons tués dans le double meurtre de Montigny-les-Metz. Elle ne comprend pas pourquoi on attend début de cette année pour s'intéresser à Henri Leclaire (...). Elle m'a dit tout à l'heure, "on va l'appeler le dossier Dills-Heaulme-Leclaire". Elle a quand même trois noms dans la tête, c'est très dur pour elle de passer d'un coupable à un autre."

LECLAIRE BOH PETIT

Les deux nouveaux témoins ont été entendus par les gendarmes de la section de recherche. Il y a ce cheminot à la retraite qui dit avoir vu Henri Leclaire sur les lieux du double meurtre, le soir même, avec un tee-shirt tâché, apparemment, de sang. Et puis cette clerc d'avocat à qui Henri Leclaire a raconté ce qui semblait être la scène du meurtre. Au procès, Henri Leclaire a reconnu avoir mimé la scène mais, dit-il, en inventant l'histoire .