Faits divers – Justice

14-juillet à Herserange : pas question de renoncer aux festivités malgré le traumatisme de l’attentat de Nice

Par François Pelleray, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine jeudi 13 juillet 2017 à 18:49

La fresque sur la tolérance peinte sur le mur du gymnase d'Herserange.
La fresque sur la tolérance peinte sur le mur du gymnase d'Herserange. © Radio France - François Pelleray

La ville d'Herserange, à côté de Longwy, est tournée en ce 14 juillet vers Nice où se déroule l'hommage aux victimes de l'attentat, il y a pile un an. Quatre habitants d’Herserange y ont été tués. Le traumatisme est intact, mais pas question de renoncer aux festivités du 14 juillet.

Il y a un an, un homme au volant d'un camion fonçait dans la foule sur la promenade des Anglais à Nice et tuait 86 personnes, dont 15 enfants, et fait quelques 450 blessés. Parmi ces morts, il y a quatre habitants d'Herserange (Meurthe-et-Moselle), quatre membres d'une famille, sans oublier deux autres victimes de cette famille, enterrées dans le département de l'Aude. Une famille d’Herserange est donc décimée dans cette commune du pays haut de 4.000 habitants. La ville d'Herserange doit fleurir leurs tombes ce 14 juillet à 18 heures.

Un an après, il n'est pas facile d'aborder le sujet en ville, il y a beaucoup de pudeur et de douleur. Ça n'étonne pas le maire, Gérard Didelot : "il y a un repli sur soi, les gens ne veulent pas trop marquer leur peine, en revanche, ils sont toujours nombreux à chaque cérémonie".

Un membre de la famille des victimes a quitté Herserange pour ne pas rester dans le souvenir de ce traumatisme - Gérard Didelot, maire d'Herserange

Depuis la semaine dernière, une école maternelle porte le nom de Michaël Pellegrini, l'une des victimes. Une fresque sur la tolérance a également été peinte sur le gymnase. Mais après, pas question de renoncer au feu d'artifice de la fête nationale, tiré la veille comme chaque année : "même si nous sommes encore sous l’effet du drame, nous continuons à vivre et je pense que la famille ne nous le reproche pas du tout", poursuit Gérard Didelot. Une famille qui vit son deuil très discrètement : "ils ne souhaitent pas s’exposer, sauf Cindy Pellegrini qui poursuit son combat pour connaitre vraiment les raisons de cet attentat. En revanche, sa tante a préféré quitter Herserange pour ne pas rester dans le souvenir de ce traumatisme".

Une stèle au monument aux mort en 2018

Cindy Pellegrini occupe le poste de vice-présidente de l'association "La promenade des Anges". Depuis un an, elle est très active dans l'aide aux victimes et à leurs proches. C'est devenu sa raison d'être : "j’arrive à me reconstruire dans mon combat pour le devoir de mémoire". L'an prochain, une stèle sera édifiée au monument aux morts de Herserange. Le maire considère qu'un attentat est semblable à une guerre.

Cette école maternelle d'Herserange porte désormais le nom de Michaël Pellegrini, il figure parmi les victimes de l'attentat de Nice. - Radio France
Cette école maternelle d'Herserange porte désormais le nom de Michaël Pellegrini, il figure parmi les victimes de l'attentat de Nice. © Radio France - François Pelleray

VOIR AUSSI : VIDEOS - Hommage aux 86 victimes de l'attentat de Nice