Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Hommage aux militaires : "On sort lessivé de ces cérémonies" témoigne Hervé Morin, ex-ministre de la Défense

Hervé Morin, le président de la région Normandie, était l'invité de France Bleu Normandie ce mardi matin. En tant qu'ancien ministre de la Défense sous la présidence de Nicolas Sarkozy, il s'est exprimé sur l'hommage aux soldats morts lors de la libération des Français pris en otage au Bénin.

Hervé Morin a été ministre de la Défense sous Nicolas Sarkozy
Hervé Morin a été ministre de la Défense sous Nicolas Sarkozy © Maxppp - François Lafite

Normandie, France

Hervé Morin , le président de la région Normandie, a été ministre de la Défense entre 2007 et 2010 sous la présidence de Nicolas Sarkozy. A quelques heures de l'hommage qui va être rendu aux deux soldats morts lors de la libération des otages français enlevé au Bénin, Hervé Morin a rappelé "malheureusement trop souvent, j'ai présidé ces cérémonies et ces hommages pour les soldats qui tombent au combat. A l'époque, on était engagé en Afghanistan et j'ai souvent présidé ce genre de cérémonies. Comme politique, on est vécu comme des cyniques et des monstres froids mais en vérité on prend très lourd à ces moments-là. Il y a des familles effondrées avec de jeunes femmes, de jeunes enfants. Pour ma part en sortant j'étais lessivé". 

"Avec Nicolas Sarkozy, c'était des décisions collectives" - Hervé Morin

"Je ne sais pas comment marche le système Macron" explique Hervé Morin mais concernant les décisions délicates à prendre en terme d'opérations, avec Nicolas Sarkozy, "c'était des décisions très collectives, chaque membre du gouvernement prenait la parole et donnait son opinion. Les deux  soucis majeurs c'était de mener une opération qui devait se dérouler avec le maximum de chance de succès. Et cela sans mettre trop en danger nos forces et les otages à libérer".  

"Le devoir d'une nation de s'occuper de ses enfants" - Hervé Morin

L'ancien ministre de la Défense  assure :"On doit tout faire pour libérer des otages quand on sait qu'ils deviennent des monnaies d'échange, en même temps, ils n'ont rien à faire dans ces zones. C'est toute la contradiction. J'avais une association qui faisait de la coopération décentralisée avec le Niger, en 2010 ou 2011; j'ai cessé de le faire car ce sont des bandits mobiles et donc on est en sécurité nulle part même si on a le sentiment d'être à l'abri.  C'est le devoir d'une nation que de s'occuper de ses enfants."