Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Heurts à Evreux : la mairie déplore un manque de renfort de police, la préfecture répond

A Evreux où la mobilisation des gilets jaunes a été marquée par des heurts, le maire de la ville Guy Lefrand dénonce le dispositif de police mis en place.

Deux voitures ont brûlé devant la mairie d'Evreux.
Deux voitures ont brûlé devant la mairie d'Evreux. © Radio France - Antoine Decarne

Évreux, France

La manifestation des Gilets Jaunes a débuté vers 10h à Evreux mais c'est en début d'après midi que la situation s'est tendue. Selon Nicolas Gavard-Gongallud l'adjoint en charge de la sécurité à Évreux, une quarantaine de casseurs s'en est prise au poste de police municipal alors qu'un bon millier de manifestants était à l'extérieur du bâtiment. Nicolas Gavard-Gongallud raconte "l'attaque a été violente, il y a eu des barricades autour de la mairie, beaucoup de de projectiles, les policiers municipaux ont repoussé les casseurs afin de protéger les personnels qui étaient dans le centre de supervision urbain. Deux voitures ont brûlé autour de la mairie "

La municipalité évoque un Etat retranché dans son bunker

Nicolas Gavard-Gongallud ajoute "On a dû réagir avec les seuls moyens de la police municipale car à ce moment là, au moment de l'attaque, je n'avais pas de police nationale. Je pense que le dispositif n'était pas en adéquation avec la réalité du terrain"

Dans un communiqué et un tweet le maire de la ville Guy Lefrand, déplore le manque de moyens supplémentaires. Il précise "Evreux a été victime d'une double peine, un Etat retranché dans son bunker derrière un cordon de forces de l'ordre. La colère des manifestations s'est ensuite répandu dans la ville.  Aucune force de l'ordre ne protégeait la mairie malgré les risques évidents représentés par des casseurs alcoolisés".  Et d'ajouter "la ville a été livrée à elle-même "

Nicolas Gavard-Gongallut, adjoint à la sécurité à Evreux

La Préfecture de l'Eure a immédiatement réagi. Thierry Coudert explique "Je n'avais pas que l'hôtel de ville à gérer  où les gilets jaunes ont l'habitude d'être reçus par le maire.  Je ne pouvais pas mettre une garde statique devant l'hôtel de ville surtout que je ne pensais pas que, vu les rapports entre le maire et les gilets jaunes ces dernières semaines, il y avait une menace pour l'hôtel de ville."

La réponse du Préfet de l'Eure Thierry Coudert

Dans un communiqué, le préfet de l'Eure rappelle les propos tenus par le maire de la ville en novembre dernier (lorsque le maire avait appelé à bloquer la Préfecture)  et le rappel à la loi prononcé ensuite par la justice.