Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Home-jacking du jardin Saint Adrien : un suspect sort de prison

lundi 2 juillet 2018 à 15:43 Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault

Jean-Pierre Bruno père de l'un des cambrioleurs et ami de Richard Llop a été placé sous contrôle judiciaire. Il avait été arrêté fin novembre 2017 soit un mois et demi après le cambriolage mortel du jardin Saint-Adrien à Servian.

L'entrée du jardin Saint Adrien à Servian
L'entrée du jardin Saint Adrien à Servian © Maxppp -

Servian, France

Dans l'affaire du mystérieux  home-jacking du jardin Saint-Adrien à Servian survenu le 5 octobre 2017, le juge d'instruction vient de décider de remettre en liberté l'un des protagonistes. IL s'agit de Jean-Pierre Bruno 78 ans , cavalier de renom qui vit près d'Aimargues dans le Gard. 

Il reste mis en examen pour "complicité de tentative de vol avec arme" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de préparer un crime" mais est placé sous contrôle judiciaire.

Cette décision a été prise en raison de son âge et son état de santé précise son avocat.

Jean-Pierre Bruno est le père de Richard Bruno, le deuxième cambrioleur et l'ami de Richard Llop propriétaire d'un centre équestre à Aubais (Hérault) tous les deux sous les verrous.

Daniel Malgouyres le propriétaire du jardin Saint Adrien qui a abattu l'un des deux cambrioleurs qui s'étaient introduits chez lui  est également toujours incarcéré. Il a vu toutes ses demandes de mise ne liberté refusées.