Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Homicide à Issoudun : des difficultés financières évoquées par le suspect

-
Par , France Bleu Berry

L'enquête avance après la mort d'une femme de 73 ans à Issoudun. Pendant sa garde à vue, le mari a reconnu l'avoir tuée en l'étranglant. Il parle de difficultés financières mais ses motivations restent encore floues.

Tribunal de Châteauroux
Tribunal de Châteauroux © Radio France - Régis HERVE

Issoudun, France

L'homme de 73 ans qui a tué sa femme à Issoudun lundi 14 octobre est toujours en garde à vue. Elle devrait prendre fin ce jeudi matin avant. Le suspect a reconnu les faits. Une information judiciaire devrait être ouverte au pôle d'instruction de Bourges en vue d'une mise en examen pour "homicide volontaire aggravé". L'autopsie de la victime a montré que la femme est morte étranglée, malgré ses tentatives pour se débattre.

Les motivations sont encore floues. Pendant sa garde à vue, l'homme de 73 ans a été moins précis. Il évoque des difficultés financières au sein du couple. Les nouveaux éléments de l'enquête montrent que le couple n'était pas connu pour des faits de violences conjugales.

Un passage à l'acte prémédité ?

L'homme a été très précis sur la description des faits. Selon le parquet de Châteauroux, il n'y a pas de doute sur la volonté de tuer. Se pose désormais la question de la préméditation. C'est un élément qui sera central par la suite. Le suspect n'a pas été hospitalisé pour des raisons psychiatriques le jour-même des faits, mais pour des raisons cardiaques.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu