Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Homicide à Saint-Sérotin : l'hypothèse d'un règlement de compte est privilégiée

jeudi 12 juillet 2018 à 18:50 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

L'enquête se poursuit deux semaines après l'homicide d'un habitant de Saint-Sérotin (Yonne). Le 27 juin 2018, André Kerckhove (70 ans) était retrouvé mort par balle à son domicile. Personne n'a encore été interpellé et les questions restent nombreuses.

Les services d'identification criminelle sont intervenus au domicile de la victime
Les services d'identification criminelle sont intervenus au domicile de la victime © Radio France - Renaud Candelier

Saint-Sérotin, France

"C'est une énigme", commente un responsable associatif de ce village de 570 habitants "et on est encore sous le choc de sa mort".  Il faut dire qu'André Kerckhove était quelqu'un d'apprécié, chef d'entreprise à la retraite et bénévole dans des associations. Trois cent personnes étaient présentes samedi  à ses obsèques. 

Aucun objet volé à son domicile

"C'est peut-être un cambriolage qui a mal tourné ?", s'interroge son frère Martin "car sa maison est isolée et il avait déjà été cambriolé plusieurs fois". Sauf qu'il n'y a pas eu d'objet volé à son domicile selon une source proche de l'enquête. 

"C'était quelqu'un de sain. Il n'a jamais évoqué de mauvaises fréquentations" — Joël Barlier, voisin et connaissance de la victime

Dans le village plusieurs de ses connaissances penchent plutôt pour un règlement de comptes. Mais avait-il des ennemis ? Joël Barlier, habite à quelques maisons, il voyait régulièrement André Kerckhove : "Je ne me l'explique pas. Quand je vois le nombre de personnes qui étaient présentes à ses obsèques, j'ai du mal à imaginer qu'il puisse y avoir quelqu'un qui le détestait au point d'avoir commis un acte aussi horrible. Il ne m'a jamais évoqué quoi que ce soit au niveau de mauvaises fréquentations. Puis je ne le vois pas non plus dans des problèmes de drogue ou des choses comme ça. Pour moi c'était quelqu'un de sain, une personne saine."

Les investigations devraient durer encore un certain temps

L'enquête a conduit à des prélèvements d'ADN chez ses connaissances de la victime.  Des gendarmes étaient présents mercredi encore aux abords de sa maison. "C'est une enquête qui va prendre du temps" explique la procureure d'Auxerre, chargée des affaires criminelles dans l'Yonne.