Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Homicide de Soccia : un homme de 27 ans mis en examen et placé en détention provisoire

mardi 7 novembre 2017 à 22:18 Par Maxime Becmeur et Marion Galland, France Bleu RCFM

Antoine Pietri a été mis en examen pour assassinat et placé en détention provisoire, suite à la mort de Patrick Julien samedi dernier à Soccia (Corse-du-Sud). Le berger de 27 ans nie les faits. Mais l'enquête a mis au jour un conflit opposant les deux hommes.

A gauche : le colonel Stéphane Dutrilleux, commandant de la section de recherches de la gendarmerie de Corse-du-Sud. A droite : Eric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio.
A gauche : le colonel Stéphane Dutrilleux, commandant de la section de recherches de la gendarmerie de Corse-du-Sud. A droite : Eric Bouillard, procureur de la République d'Ajaccio. © Radio France - Marion Galland - France Bleu RCFM

Corse, France

Tout est allé très vite. Après l'homicide samedi dernier à Soccia de Patrick Julien, les services de la gendarmerie ont présenté un travail d'enquête rondement mené. Les éléments recueillis ont permis de faire la lumière sur un conflit personnel pouvant être à l'origine du drame.

Antoine Pietri, berger de 27 ans, a ainsi été mis en examen pour assassinat, puis placé en détention provisoire. Ce dernier nie les faits qui lui sont reprochés. Mais l'enquête a mis au jour un conflit qui opposait les deux hommes au sujet de l'exploitation d'un terrain agricole. Selon plusieurs témoignages, une violente altercation avait eu lieu il y a quelques jours entre eux.Patrick Julien, président de l'association foncière pastorale, était en train de remettre en état un terrain pour l'association, mais visiblement, Antoine Pietri en revendiquait l'usage.

De nombreux indices ont donc permis aux enquêteurs de penser que le jeune homme avait préparé son geste."La qualification de l'assassinat a été retenue par le parquet, parce que nous considérons qu'il ne s'agit pas d'une mauvaise rencontre ou d'un acte fortuit, indique Eric Bouillard, le procureur de la République d'Ajaccio. Il est probable que Patrick Julien ait été abattu selon un plan qui peut être prémédité, certainement dans le cadre d'un guet-apens. Nous savons qu'il existait un différend portant sur un terrain situé à l'endroit-même où la victime a été abattue. Ce terrain était revendiqué pour l'exploitation par Antoine Pietri qui est mis en cause dans cette affaire. Quelques jours auparavant, une altercation avait eu lieu. Plusieurs témoins nous l'ont rapportée. Les perquisitions nous ont permis de retrouver des armes, un véhicule utilisé pour se rendre sur place, ainsi que des vêtements. Les deux armes saisies correspondent au calibre qui aurait été utilisé ce jour-là."

Les précisions d'Eric Bouillard, le procureur de la République d'Ajaccio

Une enquête très rapide. Il faut dire que la gendarmerie a mis en place un important dispositif de recherches. "Dès samedi soir, la gendarmerie a déployé des moyens conséquents, détaille le colonel Stéphane Dutrilleux, commandant de la section de recherches de la gendarmerie de Corse-du-Sud. Durant le week-end, plus de 60 gendarmes ont travaillé sur cette enquête. Les moyens d'investigations ont été héliportés, grâce au concours de la section aérienne de la gendarmerie. Celle-ci nous a permis d'effectuer des recherches aériennes sur la zone de Soccia et les environs. Des techniciens de l'IRCGN (institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) sont venus du continent. Un expert balistique et un expert criminalistique ont eu pour mission de relever les indices et rendre rapidement une expertise sur la trajectoire et la nature des projectiles utilisés, ainsi que sur la compatibilité entre les armes découverte et l'arme qui aurait servi à cet homicide."

Les précisions du colonel Stéphane Dutrilleux commandant de la section de la gendarmerie de Corse-du-Sud.

Patrick Julien, conseiller municipal de son village, a été retrouvé mort samedi dernier à Soccia. - AFP
Patrick Julien, conseiller municipal de son village, a été retrouvé mort samedi dernier à Soccia. © AFP - Pascal Pochard-Casabianca