Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Homme battu à mort à Pau : trois mineurs en garde à vue

Pau, France

Trois mineurs ont été placés en garde à vue ce lundi matin après la mort d'un homme ce vendredi à Pau, dans le quartier Saragosse. Cet homme de 32 ans, d'origine burkinabée, avait été roué de coups en pleine rue par une bande d'adolescents.

Les forces de l'ordre sur les lieux de la rixe
Les forces de l'ordre sur les lieux de la rixe © Radio France - Daniel Corsand

Trois mineurs sont en garde à vue ce lundi matin à Pau. Ils ont été interpellés à l'aube, après la mort d'un homme de 32 ans, d'origine burkinabée, ce vendredi soir. L'homme avait été roué de coups dans le parc de l'avenue de Saragosse, juste devant le mur d'enceinte de l'arrière de la caserne des pompiers, entre 19h30 et 20h. Il était mort à l'arrivée des secours. Selon les premiers éléments, la victime aurait eu une altercation avec des jeunes la veille. Ce vendredi, une dizaine de personnes l'ont battu à mort.

Entre 50 et 60 témoins

Les auditions des témoins se poursuivent ce lundi matin au commissariat de Pau. Ils étaient nombreux sur les lieux, ce vendredi, entre 50 et 60. Certains d'entre eux auraient même tenté d'intervenir pour mettre un terme aux coups. Un témoin raconte que si, au début, une dizaine de personnes entouraient la victime, ils n'était plus que quatre ou cinq à porter les derniers coups. 

L'homme de 32 ans qui a perdu la vie n'est pas connu des services de police, il était installé à Pau depuis quelques semaines. La police judiciaire et la sûreté départementale ont été co-saisies. Une enquête de flagrance pour meurtre a été ouverte.

"On doit reconquérir l'ordre et la tranquillité"

Cette agression a choqué toute la ville, et bien sûr son maire, Francois Bayrou. L'élu a rapidement condamné cet acte, et rappelé que Pau allait bientôt avoir sa police de sécurité du quotidien, soit 15 policiers en plus pour les quartier d'Ousse-des-bois et Saragosse. 

© Visactu -
Choix de la station

À venir dansDanssecondess