Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Homme gravement blessé par des abeilles : la justice ouvre une enquête pour "blessures involontaires"

Le parquet du Puy-en-Velay (Haute-Loire) a ouvert mercredi 3 juillet une instruction après qu'un couple ait été violemment attaqué par des abeilles au bord d'un chemin de randonnée, mardi. Le pronostic vital de l'homme restait engagé ce mercredi soir.

La gendarmerie de Costaros est chargée de l'enquête (image d'illustration)
La gendarmerie de Costaros est chargée de l'enquête (image d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Le Puy-en-Velay, France

Mardi, un homme d'une soixantaine d'années et sa femme d'une cinquantaine d'années se promenaient au Brignon, sur un chemin de randonnée, en Haute-Loire. Soudainement ils ont été attaqués par plusieurs centaines d'abeilles très agressives

Un peu plus de 24 heures après les faits, les gendarmes de Haute-Loire ont publié un communiqué : l'apiculteur pourrait être mis en cause. En effet, le parquet a ouvert une instruction mercredi 3 juillet pour "blessures involontaire avec incapacité n'excédant pas trois mois par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence".

Cette décision pourrait pointer du doigt l'apiculteur, car ses ruches étaient situées relativement près - quelques mètres à peine - du chemin balisé. Pour le moment "pour blessures involontaires". L'intitulé de l'instruction deviendrait "homicide involontaire" si l'homme ne survit pas à ses blessures. Il a été piqué entre 200 et 300 fois et son pronostic vital restait engagé mercredi soir selon les gendarmes. Plus tôt dans la journée la préfecture de Haute-Loire avait par erreur fait part de son décès à France Bleu.