Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Huit ans après l'accident mortel à Recquignies, la SNCF mise en examen

jeudi 31 mai 2018 à 22:24 Par La rédaction de France Bleu Nord, France Bleu Nord et France Bleu

En 2010, trois jeunes sont morts à Recquignies (Nord) à cause d'un accident à un passage à niveau. Il y a environ un mois, SNCF Mobilités et SNCF réseau ont été mises en examen.

En 2015, un rassemblement en mémoire des trois jeunes décédés en 2010 suite à un accident au passage à niveau.
En 2015, un rassemblement en mémoire des trois jeunes décédés en 2010 suite à un accident au passage à niveau. © Maxppp - Sami BELLOUMI

Recquignies, France

SNCF Réseau et SNCF mobilités ont été mises en examen dans le cadre de l'accident à un passage à niveau qui avait causé la mort de trois jeunes à Recquignies en 2010. "Deux entités distinctes, SNCF mobilités et SNCF réseau, ont été mises en examen _il y a un mois environ"_, a déclaré à l'AFP Me Caroline Derême, avocate de la famille de l'une des victimes, confirmant une information de La Voix du Nord. Interrogé par l'AFP, le parquet d'Avesnes-sur-Helpe a confirmé cette double mise en examen. 

L'un des plus graves accidents à un passage à niveau

Le 20 décembre 2010 vers 6 heures, près de Maubeuge, la voiture de trois jeunes d'une vingtaine d'années, rentrant de discothèque, s'était encastrée sous la rame motrice d'un train reliant Jeumont à Lille, avant d'être traînée sur plusieurs centaines de mètres. Le TER roulait à environ 140 km/h. Il s'agit de l'un des accidents les plus graves à un passage à niveau de ces dix dernières années en France.   

Cette décision "est une grande satisfaction : il y a eu plusieurs rapports expertises et on a demandé des compléments d'expertise pour pouvoir arriver à cette mise en examen" après une longue instruction, a expliqué Me Emmanuel Riglaire, autre avocat de la famille. D'après Me Derême, les rapports d'expertise ont permis de mettre en évidence que "les barrières étaient ouvertes et qu'il y a eu un dysfonctionnement du feu tricolore et de la sonnerie" lors de la collision.