Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Huit mois de prison avec sursis requis contre l'agriculteur azuréen qui a aidé des migrants

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Azur, France Bleu
Nice, France

Cédric Herrou a comparu ce mercredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Nice pour avoir aidé des migrants à entrer en France et pour les avoir hébergé dans la vallée de la Roya. Le procureur a requis huit mois de prison avec sursis. Décision le 10 février.

Rassemblement de soutien à Cédric Herrou à Nice.
Rassemblement de soutien à Cédric Herrou à Nice. © Maxppp - .

Un agriculteur de 37 ans de la vallée de la Roya, Cédric Herrou a dû s’expliquer ce mercredi après-midi devant le Tribunal Correctionnel de Nice pour avoir hébergé des migrants.

Il est poursuivi pour aide au séjour d’étrangers en situation irrégulière. La justice lui reproche aussi d’avoir participé à l’installation d’une cinquantaine de migrants dans un bâtiment désaffecté de la SNCF à Saint-Dalmas-de-Tende en octobre 2016.

Le trentenaire a revendiqué à l’audience des actes politiques :

"Je le fais parce qu’il faut le faire."

La présidente du tribunal a cherché à déterminer si Cédric Herrou était un passeur et comment il pouvait héberger et nourrir jusqu’à 58 migrants. L'agriculteur a expliqué qu'il assumait ses actes et qu'il regrettait que l'État ne fasse rien pour les migrants.

Rassemblement de soutien devant le palais de justice de Nice

Le procureur de la République de Nice a requis huit mois de prison avec sursis. Jean-Michel Prêtre a estimé que "ce n’était pas à la justice de changer la loi, ni de donner des leçons de diplomatie".

Plus de 300 personnes se sont rassemblées devant le palais de Jjustice de Nice pour soutenir Cédric Herrou. Le jugement sera rendu le 10 février 2017.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess