Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Huit mois de prison avec sursis requis contre le maire de Cabourg Tristan Duval, pour violences conjugales

mercredi 10 octobre 2018 à 18:54 Par Esteban Pinel, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

Le maire de Cabourg Tristan Duval comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel pour violences conjugales. La procureur a requis huit mois de prison avec sursis. Le prévenu, lui, nie les faits. Le tribunal rendra son jugement le 21 novembre.

Tristan Duval, le maire de Cabourg, conteste les faits qui lui sont reprochés
Tristan Duval, le maire de Cabourg, conteste les faits qui lui sont reprochés © Maxppp - Corinne Printemps

Caen, France

Le maire de Cabourg à la barre du tribunal correctionnel de Caen ce mercredi matin, pour violences conjugales. Au cours d'une audience qui a duré plus de quatre heures, Tristan Duval a nié les faits. La procureur a tout de même requis huit mois de prison avec sursis à son encontre.

Les faits remontent au 7 août dernier, à Cabourg. Dans un contexte conjugal déjà délicat, une dispute éclate dans la soirée entre les époux Duval. L'accrochage se poursuit dans la rue. La femme percute un grillage et se retrouve au sol. Diagnostic : une plaie au front, un hématome à la pommette, et une côte cassée. "Pour se défendre", assure t-elle, Solène Duval mord profondément son mari au bras.

Elle accuse l'édile de lui avoir plaqué la tête contre le grillage et de l'avoir jeté au sol, avant de la frapper. Une version contestée par Tristan Duval, qui raconte que sa femme a heurté le dit grillage en voulant se jeter sur lui, avant de perdre elle-même l'équilibre. 

Je n'ai jamais tapé Solène, à aucun moment." Tristan Duval

Dans une longue plaidoirie, ses avocats dépeignent un homme "au sang-froid inébranlable, incapable de s'énerver au point de lever la main sur sa femme". La défense pointe également la personnalité de la victime présumée, décrite comme étant prompte à s'énerver, parfois violemment.

La procureur de la République requiert donc huit mois de prison avec sursis contre Tristan Duval. 

La tribunal va maintenant délibérer. La décision sera rendue le 21 novembre.