Faits divers – Justice

Il accuse l'hôpital de Langon d'avoir tué sa mère

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu vendredi 19 mai 2017 à 15:24

illustration hôpital
illustration hôpital - fotolia

Raymonde Genty, 86 ans, est morte à sa sortie d'hôpital en avril 2013. Depuis quatre ans, sa famille cherche à faire reconnaître la responsabilité du centre hospitalier de Langon. Le dossier est toujours à l'instruction.

Le 18 avril 2013, Raymonde Genty décède chez elle, trois heures seulement après sa sortie du centre hospitalier. Elle y était soignée depuis un mois pour une bronchite qui a dégénéré en pneumopathie. "Ma mère n'a pas bénéficié des soins adaptés", selon son fils, qui a porté plainte pour homicide involontaire, dès le lendemain du décès.

Ce vendredi, Christophe Genty a fait parvenir à la justice un nouveau rapport médical qui prouve, selon lui, la responsabilité directe de l'hôpital.

Ma mère avait besoin d'oxygène. Elle n'en avait pas à sa sortie. On lui a aussi prescrit du Tramadol qui est un médicament dangereux - Christophe Genty

Selon l'expertise médicale remise au procureur de la république, Raymonde Genty est morte asphyxiée faute d'assistance respiratoire, comme cela avait été pourtant prescrit avant sa sortie de l'hôpital. Son décès a été accéléré également par une surdose de Tramadol, un antidouleur aux effets secondaires dangereux.

Depuis 4 ans, Christophe Genty se bat pour obtenir un procès. La justice suit son court. Un troisième juge d'instruction vient d'être nommé et un nouveau rapport médical vient d'être ajouté au dossier, celui du médecin qui avait ausculté Raymonde Genty avant son hospitalisation d'urgence.

De son côté, la direction de l'hôpital de Langon indique avoir collaboré avec la justice depuis le début de l'instruction en 2013. Elle ajoute que la plainte de la famille Genty a été classée sans suite par l'Ordre National des médecins, et que l'ARS n'a rien eu à redire sur les faits reprochés.