Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Il agresse des surveillants de prison et écope de deux ans ferme

lundi 16 avril 2018 à 18:38 - Mis à jour le lundi 16 avril 2018 à 18:59 Par Jean-Pierre Burlet, France Bleu Vaucluse

Un multirécidiviste des violences envers les forces de l'ordre comparaissait ce lundi devant le tribunal correctionnel d'Avignon. Détenu à nouveau depuis peu au Pontet, il y a agressé plusieurs surveillants le 13 avril et a été jugé à l'issue de sa garde à vue.

Le centre pénitantiaire du Pontet (Vaucluse)
Le centre pénitantiaire du Pontet (Vaucluse) © Maxppp - .

Avignon, France

Le parquet a requis deux nouvelles années d'emprisonnement et a été suivi par le tribunal à la plus grande satisfaction des représentants des syndicats du personnel pénitentiaire. Abdel Batraoui a 27 ans et déjà 29 condamnations à son casier. Il a passé le quart de son existence en détention pour des faits de vols, de stups et de violences envers des personnes dépositaires de l'autorité.

Violences, menaces, insultes lui valent une 30e condamnation

Incarcéré depuis début avril après avoir pris un an ferme pour avoir à nouveau insulté et menacé des policiers alors qu'il sortait à peine de détention il ne lui a pas fallu plus de deux semaines avant de s'en prendre à six surveillants du centre pénitentiaire du Pontet. D'abord à la gardienne de se cellule qui l'a privé de promenade parce qu'il tardait à sortir. Ensuite au chef surveillant, puis à ceux venus le conduire au cachot, enfin aux surveillants du quartier disciplinaire.

Le jeune homme nerveux nie tout sauf les insultes, explique qu'il n'a fait que se défendre, que les gardiens ont toujours raison et lui toujours tort. Il a été condamné à deux ans supplémentaires et son transfèrementt vers une autre prison est d'ores et déjà programmé.