Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EXCLU - Le maire de Cercottes renvoyé devant la justice pour escroquerie

-
Par , France Bleu Orléans

Le maire de Cercottes a-t-il escroqué sa société d'assurance et fait croire qu'il a fait réaliser des travaux dans des pavillons suite aux inondations de 2016 ? L'élu nie les faits mais après enquête de la gendarmerie, Martial Savouré-Lejeune est renvoyé devant le tribunal correctionnel d'Orléans.

Cercottes, commune an nord d'Orléans
Cercottes, commune an nord d'Orléans © Radio France - Christophe Dupuy

Cercottes, France

Le maire de Cercottes, dans le Loiret, est renvoyé devant la justice pour escroquerie et faux et usage de faux. Martial Savouré-Lejeune comparaîtra le 15 octobre prochain devant le tribunal correctionnel d’Orléans. Il lui est reproché d’avoir fait usage de fausses factures pour toucher de l’argent des assurances suite aux inondations de 2016 qui avaient touché le Loiret. L'élu aurait bénéficié de la complicité de sa sœur qui est agent d’assurance et d’un entrepreneur.

Une escroquerie de 95.000 euros ?

L’enquête a été menée par la brigade de recherches de la gendarmerie suite au contrôle fiscal d’un entrepreneur de Cercottes. Bruno Miranda, par ailleurs locataire d'un logement appartenant à Martial Savouré-Lejeune, aurait fourni des factures pour des travaux dans trois pavillons inondés appartenant au maire de Cercottes. Mais ces factures d’un montant de 95.000 euros n’auraient pas été suivies de travaux. Le dossier aurait été déposé en janvier 2017 et aurait fait l'objet d'un remboursement quasi-immédiat de la part de la société Thelem, où travaille comme agent d’assurance la sœur cadette du maire. A ce jour, certains sinistrés des inondations de 2016 se battent encore pour obtenir des indemnisations.

Une affaire purement privée" selon le maire de Cercottes

Durant ses auditions face aux gendarmes, l’entrepreneur évoque la tenue d'une réunion en mairie de Cercottes où cette escroquerie aurait été mise en place, mais l'élu, placé en garde à vue par les gendarmes, nie l'existence de cette entrevue et se défend de ces accusations. Présumé innocent à ce stade de la procédure, Martial Savouré-Lejeune ne s'exprime qu'à travers la lecture d'un communiqué rédigé par son avocat Maître Jérôme Wedrychowski : "mon assurance a porté plainte contre moi, il s'agit d'une affaire purement privée, je m'expliquerai devant le tribunal". Le maire a d'ailleurs envoyé ce texte à l'ensemble de ses conseillers municipaux. 

Une affaire qui a une résonance particulière à Cercottes

Avec le village voisin de Gidy, Cercottes est l’une des communes au nord d’Orléans les plus touchées par les inondations du printemps 2016. A l'époque, la Retrève, rivière souterraine qui traverse Cercottes, déborde et des centaines d’habitations sont inondées. La réactivité et l’aide apportée par le maire de la commune sont alors appréciés et Martial Savouré-Lejeune (dont le grand-père et le père ont été eux aussi maire de Cercottes) n’hésite alors pas à prêter main forte.

Je suis sous le choc" (la présidente de l'association de sinistrés)

Le savoir mêlé à une affaire de fausses factures suite à ces inondations choque Claire Boisier, la présidente de l’association d’assistance aux sinistrés du Loiret : "je suis sous le choc, je connais l'homme, il a fait un don personnel à notre association, il nous a prêté la salle des fêtes de Cercottes pour nos réunions. Si tout cela est vrai, en tant qu'association, _je ne peux que condamner : c'est moralement condamnable_."

La sœur  de Martial Savouré-Lejeune est également poursuivie pour complicité d’escroquerie et l’entrepreneur de Cercottes sera jugé pour faux et complicité d’escroquerie. Martial Savouré-Lejeune encourt jusqu'à cinq ans d'emprisonnement, 375.000 euros d'amende et cinq ans d'inéligibilité au maximum.